Dakar : le départ a été donné en Arabie saoudite, malgré la polémique

Après 11 années de pistes sud-américaines, le rallye-raid du Dakar se dispute du 5 au 17 janvier pour la première fois au Moyen-Orient. L'Arabie saoudite tente de changer son image par le sport, mais des ONG rappellent ses crimes.

franceinfo

C'est un décor de rêve pour une épreuve d'anthologie. Cette année, le Dakar évolue dans les dunes d'Arabie saoudite, un pays passionné par les sports mécaniques et qui souhaite redorer son image parfois décriée. Selon les défenseurs des droits de l'homme, cette carte postale ne peut pas faire oublier la réalité du royaume saoudien. "L'Arabie saoudite est une véritable dictature, déplore Antoine Madelin, le directeur du plaidoyer de la Fédération internationale pour les droits humains. C'est un pays où l'on exécute à tour de bras. L'année dernière, 180 personnes ont été décapitées, parmi lesquelles un enfant".

Aucun pilote forfait. Suivez la course en direct

L'Arabie saoudite, considérée comme très conservatrice, avance dans certains domaines. Les femmes ont enfin le droit de conduire. Mais les victimes de la monarchie sont nombreuses, comme le journaliste Jamal Khashoggi. Pour autant, pour Hubert Auriol, triple vainqueur du rallye-raid, "on ne peut pas demander à des personnes qui participent à une compétition sportive d'être les porte-parole des problèmes des droits de l'homme dans ces pays-là. Ce n'est pas notre rôle". Aucun des concurrents n'a annulé sa participation avant le départ dimanche 5 janvier.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le rallye était passé par le Pérou pour l\'édition 2019.
Le rallye était passé par le Pérou pour l'édition 2019. (FRANCK FIFE / AFP)