Reportage Paris 2024 : des entreprises se tournent vers la location de vélos pour faciliter les déplacements de leurs salariés

Avec les restrictions des déplacements en voiture et l'affluence dans les transports, le vélo devrait être davantage pratiqué à Paris cet été. Des entreprises ont décidé d'en louer pour faciliter les déplacements de leurs salariés.
Article rédigé par franceinfo - Brian Nicolas
Radio France
Publié
Temps de lecture : 3 min
Un homme passe sous le pont de Bercy en vélo, le 21 novembre 2022 à Paris. (RICCARDO MILANI / HANS LUCAS)

Les laissez-passer des Jeux de Paris 2024 sont bientôt disponibles pour les usagers. Une plateforme en ligne ouvre vendredi 10 mai et il sera possible à partir de lundi de récupérer un QR code indispensable pour traverser la zone aux alentours des sites olympiques, comme la Concorde ou la Seine. Plusieurs milliers de personnes sont concernées.

Ces laissez-passer seront donnés aux habitants, mais aussi aux personnes qui travaillent dans ces espaces sécurisés où les voitures seront d'ailleurs interdites. Beaucoup de métros seront aussi coupés au moment de la compétition. Certaines entreprises ont alors décidé de louer des vélos pour faciliter les déplacements de leurs employés, cet été. Une demande qui fait les affaires des sociétés franciliennes de locations de vélos.

Un abonnement spécial JO

Caché dans une cave sous leurs locaux, l'entrepôt de Tim Mobilité est plein à craquer. Matisse, 18 ans, travaille dans cette société de locations de vélos depuis septembre. "Là, c'est le stock des vélos qui sont prêts à être envoyés. Il y en a pas mal vu que les JO arrivent." Mais avant de les livrer, le jeune employé doit d'abord préparer les vélos. "Vous voyez, le guidon n’est pas reçu droit, il faut le mettre droit. On peut tester la transmission, si les vitesses passent bien. En général on fait trois vélos par jour, ça peut arriver qu'on en fasse quatre ou cinq parce qu'il y a plus de demandes."

Matisse, un des employés de Tim mobilité, prépare cinq vélos par jour à l'approche des Jeux olympiques. (BRIAN NICOLAS / RADIOFRANCE)

L'entreprise a lancé en février un nouvel abonnement, une location de six mois au lieu de 36, spécialement fait pour les Jeux olympiques. "Il y avait une demande qui était assez forte. On a été très sollicités", observe Jérôme Blanc, le cofondateur de Tim Mobilité. "On a des entreprises qui sont sponsors ou qui font de l'événementiel pendant les Jeux. On a également des hôtels qui ont des problématiques pour faire venir le staff, notamment dans le 'triangle d'or' parisien."

Fidéliser la clientèle

L'hôtel San Régis se situe précisément dans ce secteur. La directrice, Sarah Georges, pense à louer des vélos depuis un moment. Avec les JO, c'est devenu indispensable : "Aujourd'hui, la place du Trocadéro est en cours d'installation, donc le trafic est très perturbé. La station (de métro) Champs-Élysées va être fermée avant la cérémonie d'ouverture et pendant toute la période des JO." Après avoir sondé ses 44 salariés, elle a décidé de commander pour le moment quatre vélos.

"Ce sont des vélos avec assistance électrique qui sont maintenant mis à disposition des salariés en libre-service, et gratuitement pour qu'ils puissent se déplacer plus facilement."

Sarah Georges, directrice de l'hôtel San Régis

à franceinfo

En tout, Jérôme Blanc et l'entreprise Tim Mobilité ont loué 100 vélos pour les JO. "On pense qu'on va avoir une augmentation de 20% du chiffre d'affaires grâce à l'offre des Jeux olympiques, donc c'est assez intéressant pour nous", espère-t-il. 

Jérôme Blanc, fondateur de Tim mobilité, loue une centaine de vélos pour les Jeux olympiques. (BRIAN NICOLAS / RADIOFRANCE)

L'objectif est aussi de faire en sorte que cette nouvelle clientèle reste après les Jeux. "C'est ce qu'on a envie d'avoir, que ces salariés et ces entreprises soient convaincus que le vélo est la solution pour l'avenir pour se déplacer, ajoute l'entrepreneur. Les Jeux olympiques, c'est peut-être un moyen complémentaire de se dire : 'Je mets le pied sur la pédale, et en avant, on roule'." Le chef d'entreprise est confiant, la majeure partie des entreprises gardent leurs vélos après les avoir utilisés quelques semaines.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.