Cet article date de plus d'un an.

Paris 2024 : pour Volodymyr Zelensky, la présence d'athlètes russes aux JO serait un "signe de violence et d'impunité"

Lors d'une réunion organisée vendredi, le président ukrainien s'est insurgé contre la participation des athlètes russes aux prochains Jeux olympiques à Paris.
Article rédigé par franceinfo: sport
France Télévisions - Rédaction Sport
Publié
Temps de lecture : 1 min
Le président ukrainien Volodymyr Zelensky à Kiev (Ukraine), le 30 septembre 2022.  (AP/ SIPA)

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky s'est de nouveau opposé à une éventuelle présence des athlètes russes aux Jeux olympiques de Paris 2024, lors d'une réunion par visioconférence avec des ministres des Sports de plusieurs pays, vendredi 10 février. Cette possible décision serait un "signe de violence et d'impunité", y compris sous bannière neutre. "Cela ne peut pas être couvert par une prétendue neutralité ou un drapeau blanc" s'insurge-t-il. Le chef d'État ukrainien a appuyé son propos en affirmant que "les représentants de cet État terroriste n'ont pas leur place dans les compétitions sportives et olympiques".

Volodymyr Zelensky a rajouté que Moscou utiliserait la participation d’athlètes russes à des fins de "propagande de guerre". "Si les sports olympiques étaient de tuer et frapper avec des missiles, alors vous savez quelle équipe nationale occuperait la première place", a-t-il ironisé.

Des menaces jugées "extrêmement regrettables" par le CIO

Selon Thomas Bach, président du Comité international olympique, ces nouvelles pressions de Kiev sont perçues comme "extrêmement regrettables" par "la vaste majorité" des comités nationaux olympiques (CNO) et fédérations internationales. Certains alliés traditionnels de l'Ukraine tels que le Royaume-Uni et la Pologne ont déclaré leur soutien, tandis que les États-Unis se sont à l'inverse prononcés en faveur du compromis de la bannière neutre. Pour rappel, les sportifs russes et biélorusses ont été bannis de la plupart des événements mondiaux depuis le début de l'invasion russe en Ukraine, il y a près d'un an.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.