JO 2021 : "Mon rêve, c'était de gagner par équipe, c'est fait" réagit l'escrimeuse Cécilia Berder après avoir décroché l'argent avec ses coéquipières

Les Françaises ont obtenu l'argent en sabre par équipes samedi à Tokyo. Malgré une courte défaite en finale (41-45), Cécilia Berder savoure sa première distinction olympique, "encore plus savoureuse" qu'une médaille individuelle.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
De gauche à droite, les vice-championne olympiques françaises de sabre par équipes Charlotte Lembach, Manon Brunet, Cécilia Berder et Sara Balzer.  (NIC BOTHMA / EPA VIA MAXPPP)

Avec ses trois coéquipières, Sarah Balzer, Manon Brunet, bronzée sur l'individuel, et Charlotte Lembach, l'escrimeuse Cécilia Berder a remporté la médaille d'argent en sabre par équipes, lors des Jeux de Tokyo, samedi 31 juillet. Après avoir éliminé les États-Unis (45-30) puis l'Italie (45-39), les Françaises se sont inclinées contre les favorites russes en finale (41-45).

Cécilia Berder savoure cette première médaille dans l'histoire du sabre féminin par équipes. Pour l'escrimeuse, c'était "son rêve de gagner par équipe, ensemble", après une épreuve individuelle ratée. La nouvelle vice-championne olympique salue une équipe "unie, fair play et courageuse"

franceinfo : comment appréciez-vous cette médaille d'argent, votre première olympique ?

Cécilia Berder : Elle est magnifique ! Elle est lourde, elle est belle. C'est quelque chose que j'attendais, qui m'a fait réfléchir jour et nuit, matin, midi et soir, à l'entraînement. Je l'avais dit que je préférais l'épreuve par équipes. Voilà, je fais un mauvais individuel [éliminée dès le premier tour lundi 26 juillet]. Et dès le lendemain matin, je me suis dit OK, c'est la vie. Et maintenant, mon rêve, c'est de gagner par équipe. Voilà, c'est fait !

Alors oui, c'est une médaille d'argent. Il y a une pointe de déception, je ne vais pas vous mentir. Mais de voir leur sourire, de voir leur joie, de voir qu'on est une équipe unie, droites dans nos bottes. Donc cette médaille par équipes est encore plus savoureuse, parce qu'on y a été ensemble. Il y a une notion de fair play aussi, qui me tient vraiment à coeur. Et sur cette équipe de France, on peut vraiment, pour le coup, être fiers de ça. J'ai la prétention de dire que oui, on a été fair play ! Souriantes, joueuses, courageuses. Et que ça réserve encore de belles choses pour la suite. 

Comment avez-vous vécu cette finale, la tension avant d'entrer en piste ? 

Ce sont des grands moments ! Il faut imaginer, en chambre d'appel, tu arrives, la musique se lance, j'ai les larmes aux yeux. Je me dis : "Cécilia, tu en as rêvé tellement de fois, tellement de fois". Et là, tu te dis que c'est maintenant. Tu arrives sur la finale, la piste olympiqueEt puis avant, en quart de finale, je suis contre l'Américaine Mariel Zagunis, double championne olympique [en 2004 et 2008]. Évidemment, j'ai les chocottes ! Je me dis : "C'est toi qui doit mettre les dernières touches" [Cécilia Berder assure le dernier relais français lors de ce quart de finale]. Et puis, pareil contre l'Italie, en demie. C'est moi qui doit finir l'assaut pour être sûre d'apporter une médaille...

"Il y a eu le confinement, le Covid. Je me suis dit : "Si un jour tu retrouves la compétition, la piste olympique, tu as intérêt à kiffer !" J'ai tenu cette promesse, et c'est déjà énorme." 

Cécilia Berder, vice-championne olympique en sabre par équipes

à franceinfo

Redoutiez-vous de ne pas pouvoir disputer ces Jeux en raison de la situation sanitaire ?

Oui, j'ai eu peur. C'est comme si on te privait de quelque chose d'incroyable. Finalement, on devient presque des enfants gâtés parce qu'en fait on ne se rend pas compte que l'escrime, pour les gens, c'est que dalle. Mais pour moi, c'était mon matin, mon midi, mon soir, mes recherches, mes nuits blanches. C'était ma vie !

La joie de la sabreuse française Cécilia Berder, médaillée d'argent par équipes samedi 31 juillet à Chiba aux Jeux de Tokyo. (RADIO FRANCE / XAVIER MONFERRAN)

Et je me suis dit : "La situation sanitaire s'arrange un peu, tu as beaucoup de chance. Tu as beaucoup de chance de pouvoir aller faire de l'escrime. Tu auras la chance de pouvoir vibrer, d'avoir peur, d'avoir envie de dégueuler presque, avant d'arriver en finale olympique. Si tu arrives sur cette piste olympique, tu as intérêt à te battre !"

Je me suis vraiment battue avec elles, avec mes copines, avec mes armes. Vraiment, on peut être droit dans nos bottes et ça c'est important. Mes parents m'ont vraiment demandé d'être quelqu'un de fair play, de souriante et j'espère que j'ai été à la hauteur.

"Mon rêve, c'était de gagner par équipe, c'est fait" réagit l'escrimeuse Cécilia Berder après avoir décroché l'argent avec ses coéquipières - Propos recueillis par Xavier Monferran
écouter

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Escrime aux Jeux olympiques de Tokyo 2021

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.