Alpes-de-Haute-Provence : des habitants mobilisés pour préserver les traditionnels châtaigniers

Publié
Durée de la vidéo : 2 min
Dans les Alpes-de-Haute-Provence, les châtaigniers ont un temps été abandonnés. Désormais, des associations et des particuliers se mobilisent pour préserver ce riche patrimoine. Reportage.
Alpes-de-Haute-Provence : des habitants mobilisés pour préserver les traditionnels châtaigniers Dans les Alpes-de-Haute-Provence, les châtaigniers ont un temps été abandonnés. Désormais, des associations et des particuliers se mobilisent pour préserver ce riche patrimoine. Reportage. (France 2)
Article rédigé par France 2 - D. Brignand, R. Chapelard, H. Ayraulet
France Télévisions
France 2
Dans les Alpes-de-Haute-Provence, les châtaigniers ont un temps été abandonnés. Désormais, des associations et des particuliers se mobilisent pour préserver ce riche patrimoine. Reportage.

Dans les Alpes-de-Haute-Provence, les couleurs d’automne offrent un panorama exceptionnel sur les montagnes enneigées. Dans le village du Fugeret, c’est jour de récolte pour les habitants. "C’est notre petite fierté. On est la plus haute châtaigneraie de France [à 1 400 m d’altitude]", se réjouit un homme. Seulement, ce paradis a longtemps été abandonné. Pendant des décennies, les 1 000 châtaigniers n’étaient plus entretenus. Il fallait les sauver.

Un atelier de production partagé

"Tout le monde s’est mobilisé. Le département, le canton, les habitants", indique une femme. Jean-François Le Borgne, président de l’association du renouveau des châtaignes, assure : "On contribue à garder les arbres dans la meilleure santé possible." Cette prise de conscience touche toute la vallée. À Braux, Philippe Mersch a racheté une propriété et ses 30 châtaigniers, dont beaucoup étaient délaissés. Au fur et à mesure, il taille ces arbres pour les remettre en état d’exploitation. Après plusieurs week-ends, sa récolte est enfin terminée. Dans un atelier de production, les producteurs viennent transformer eux-mêmes leurs produits. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.