Voile : et si le plus beau vainqueur de la Route du Rhum était... le bateau de Francis Joyon ?

Le skipper Francis Joyon s’est imposé sur la Route du Rhum lundi avec un bateau au palmarès d’exception, lancé en 2006. Rencontre avec l'un de ses architectes, Vincent Lauriot-Prévost.

Le coude à coude entre François Gabart et Francis Joyon lors de l\'arrivé de la Route du Rhum.
Le coude à coude entre François Gabart et Francis Joyon lors de l'arrivé de la Route du Rhum. (THOMAS BREGARDIS / MAXPPP)

C’est avec un bateau de légende que Francis Joyon a remporté ce lundi 12 novembre la 11e édition de la Route du Rhum. Il a 12 ans. A l’échelle de la course au large, c’est presque déjà trop vieux.

Mis à l’eau en 2006, le trimaran de Francis Joyon a montré qu’il a de beaux restes et surtout qu’il n’est pas dépassé par des machines à peine sorties des chantiers. C’est l’architecte Vincent Lauriot-Prévost qui l’avait conçu à l’époque, avec Marc Van Peteghem : "On est toujours un peu surpris... Ce bateau tient car Francis est un mec qui a une capacité à jauger ce que le bateau peut supporter ou pas. Et cela l’aide à gagner."

C'est la troisième victoire d'affilée d'Idec Sport sur la Route du Rhum, après les succès de Franck Cammas en 2010 (sous le nom de Groupama 3) et Loïck Peyron en 2014 (Banque Populaire VII). A son exceptionnel palmarès, le trimaran compte aussi deux Trophées Jules-Verne, le record du tour du monde à la voile en équipage, sans escale et sans assistance : en 2010, avec Franck Cammas, et en 2017 avec, déjà, Francis Joyon.

Un tour du monde en 2019 pour les maxi-trimarans

A l’inverse d'Idec Sport, pourtant de conception plus ancienne, les derniers-nés des maxi-trimarans équipés de foils ont montré des limites lors de la course. Mais ce n’est pas étonnant estime Vincent Lauriot-Prévost. Il a aussi dessiné le trimaran de François Gabart, deuxième de la Route du Rhum 2018. Selon lui, la technologie n’est pas encore tout à fait maîtrisée : "On est en mode découverte. Pas sur le 'vol', car on sait très bien que ça marche depuis longtemps. Maintenant, l’ambition c’est de les faire voler dans le golfe de Gascogne et dans les alizés. Là, on a encore beaucoup de choses à apprendre. On ne sait pas tout. C’est un baptême du feu qui est un peu rude à vivre. J’espère que maintenant on pourra en apprendre plus avant que pendant la course."

Ces bateaux XXL appelés "Ultim" sont des trimarans géants qui peuvent dépasser les 32 m de hauteur et 23 m de largeur. Ils peuvent peser plus de 15 tonnes. Faut-il s’interroger alors que sera lancé dans un an le tour du monde en solitaire de ces "Ultim" ? Ce défi n’arrive-t-il pas trop tôt ? Les questions se poseront une fois que tous les concurrents de cette Route du Rhum seront arrivés.