Sports de glace : "C'est un retour en arrière ulcérant", la colère de Nathalie Péchalat après son éviction de la présidence de la fédération

Après deux ans de mandat, Nathalie Péchalat a perdu ce samedi la présidence de la Fédération française des sports de glace. Évincée par une quasi-inconnue : Gwenaëlle Noury, que la présidente sortante accuse d'être téléguidée par l'ancien président Didier Gailhaguet. 

Article rédigé par
Winny Claret - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Nathalie Péchalat, en octobre 2021. (GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP)

Douche froide à la Fédération Française des sports de Glace (FFSG). La présidente de la FFSG, Nathalie Péchalat, n'a pas été réélue samedi 25 juin, après deux ans de mandat. Elle était arrivée pour remplacer Didier Gailhaguet, poussé vers la sortie après les révélations de scandales sexuels dans le patinage. Mais les 162 présidents de clubs appelés à voter aujourd'hui lui ont préféré une quasi inconnue : Gwenaëlle Noury, qui dirige le club de Lorient et que certains soupçonnent d'œuvrer pour Didier Gailhaguet.

franceinfo : Vous acceptez le vote et dites que vous ne déposerez pas de recours. En revanche, vous ne cachez pas votre colère...

Nathalie Péchalat : Je pense que cela fait deux ans que Didier Gailhaguet travaille à cela. Qu'ils savonne la planche pour bien montrer que la Fédération, sans lui, n'est pas capable de tourner. Il a conduit complètement la campagne de Gwenaëlle Noury, lui a fait son programme. Vous regardez dans le détail, c'est exactement la même chose en 2014 qu'en 2018.

>> Gilles Beyer, l'ancien entraîneur de Sarah Abitbol, mis en examen pour agressions sexuelles

"Le spectre de Didier Gailhaguet est clairement présent. Tous ceux qui sont à l'intérieur des sports de glace en sont bien conscients."

Nathalie Péchalat

à franceinfo

Après, comment cela va se passer par la suite ? Est-ce qu'il va travailler dans l'ombre ? Ou bien avoir une mission à la Fédération ? Je n'en sais absolument rien.

Le potentiel retour de Didier Gailhaguet, est-ce quelque chose qui vous heurte ? 

C'est ulcérant. C'est un retour en arrière. Nous avions un tout autre système de valeurs qui bénéficiait aux yeux de tous les licenciés, ainsi qu'au grand public. Là, on retourne dans les méthodes du passé, dans les promesses individuelles. Je suis contente de ne plus en faire partie. 

Que craignez-vous maintenant ?

Gwenaëlle Noury a fait énormément de promesses aux clubs. J'espère qu'elle sera capable de les tenir. J'espère que les sportifs de haut niveau resteront bien focalisés sur leurs objectifs sportifs et extra sportifs. J'espère que ça continuera de tourner. Il n'y a pas de raison. J'espère qu'on aura des valeurs qui seront solides, qui seront attractives pour les jeunes. Je ne vous cache pas qu'aujourd'hui, je ne suis pas très confiante quand je vois comment la mise en place de Gwenaëlle Noury s'est déroulée. Mais je vais lui accorder le bénéfice du doute.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Violences sexuelles dans le patinage

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.