Wimbledon 2023 : victorieuse face à Aryna Sabalenka, Ons Jabeur disputera une deuxième finale d'affilée

La Tunisienne a pris le meilleur, jeudi, sur la numéro 2 mondiale, au terme d'une longue bataille en trois sets.
Article rédigé par franceinfo: sport, Luc Sares
France Télévisions - Rédaction Sport
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
En éliminant la Biélorusse Aryna Sabalenka en demi-finales, le 13 juillet 2023, Ons Jabeur se qualifie pour sa deuxième finale consécutive à Wimbledon. (TETSU JOKO / AFP)

Renversante. Menée un set à zéro et breakée dans la deuxième manche, la Tunisienne Ons Jabeur a battu Aryna Sabalenka (6-7 [5], 6-4, 6-3), jeudi 13 juillet, en demi-finales de Wimbledon, au terme d'un duel de 2h20 qui aura tenu toutes ses promesses. Après avoir pris sa revanche en quarts de finale sur la tenante du titre Elena Rybakina dans un remake de la finale de l'an passé, la 6e mondiale a gagné une deuxième chance. Elle affrontera la Tchèque Marketa Vondrousova vainqueure plus tôt dans l'après-midi d'Elina Svitolina.

Face à une adversaire qui l'avait battue en quarts de finale en 2021 à Wimbledon, la Tunisienne a bataillé, en témoigne la première manche (7-6 [5]). Dans un premier acte très serré de 58 minutes, cette dernière n'a pas réussi à faire la différence au tie-break. Sabalenka, n°2 mondiale et dernière lauréate de l'Open d'Australie semblait alors parfaitement lancée vers sa deuxième finale en Grand Chelem, la première à Wimbledon.

Mais alors qu'elle avait fait le break dans la deuxième manche, Ons Jabeur est revenue dans la partie. Le gain de la deuxième manche par la Tunisienne a fait basculer le bras de fer de son côté. Impressionante de régularité (3 fautes directes contre 14 pour son adversaire au 3e set), Ons Jabeur s'est détachée. Il lui aura fallu cinq balles de match, mais la désormais triple finaliste en Grand Chelem a pu laisser éclater sa joie. A 28 ans, elle poursuit son rêve d'un premier titre en Majeur.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.