"Qui sommes-nous pour juger ?" L'ex-président de la Fédération française de tennis dénonce les critiques sur la tenue de Serena Williams

Jean Gachassin estime que son successeur, Bernard Giudicielli, a commis "une erreur" en critiquant la combinaison portée par la championne américaine lors du dernier tournoi de Roland-Garros.

Jean Gachassin dans les tribunes de Roland-Garros, le 6 juin 2015.
Jean Gachassin dans les tribunes de Roland-Garros, le 6 juin 2015. (KENZO TRIBOUILLARD / AFP)

"J’étais estomaqué et absolument pas d'accord. C'est une erreur." Jean Gachassin tacle son successeur à la tête de la Fédération française de tennis (FFT) dans une interview au Parisien, mardi 28 août. Il réagissait à la sortie de l'actuel président, Bernard Giudicielli, sur la combinaison de Serena Williams, qui ne serait désormais "plus acceptée" à Roland-Garros. "Il faut respecter le jeu et l'endroit. Tout le monde a envie de profiter de cet écrin", avait-il ajouté.

"Intéressons-nous plutôt au jeu et à la championne qu'est Serena", s'insurge Jean Gachassin. 

Peu importe sa tenue, qu'elle soit jaune, bleue ou verte. Il n'a pas à la juger. C’est malvenu. Il est en poste depuis un an, peut-être veut-il montrer que c'est le grand patron...Jean GachassinLe Parisien

Sans rejeter l'idée d'instaurer un code vestimentaire au tournoi de la porte d'Auteuil, comme c'est déjà le cas à Wimbledon, l'ancien président de la FFT estime que l'affaire nuit à l'image du tennis français :"Qui sommes-nous pour juger de l’esthétique de la tenue ? Nous avons la chance d'organiser un tournoi du Grand Chelem, ce qui est très important pour le tennis tricolore et la notoriété de la France. Si nous continuons comme ça, les gens comme Serena ne viendront plus à Roland Garros et nous finirons par nous en mordre les doigts."