Cet article date de plus de deux ans.

Roland-Garros 2021 : Naomi Osaka annonce son retrait du tournoi

Naomi Osaka a annoncé, lundi, qu'elle ne défendrait pas ses chances pour la suite de Roland-Garros.

Article rédigé par franceinfo: sport, Hortense Leblanc
France Télévisions - Rédaction Sport
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Naomi Osaka, la numéro 2 mondiale, a décidé de se retirer de Roland-Garros. (ROB PRANGE / SPAIN DPPI)

La Japonaise Naomi Osaka, qui ne souhaitait pas remplir ses obligations médiatiques à Roland-Garros, pour des questions de bien-être, a annoncé, lundi 31 mai, son retrait du tournoi parisien, au lendemain de sa victoire au premier tour. Sur Twitter, elle annonce ne pas vouloir être "une distraction". La numéro 2 mondiale admet que "le timing n'était pas le bon", et que le message qu'elle a voulu faire passer "aurait pu être plus clair"

Après avoir refusé de participer aux conférences de presse en début de tournoi, elle avait écopé d'une amende de 15 000$ et risquait une suspension en cas de récidive. La joueuse a préféré anticiper cette sanction, et a annoncé son retrait. Elle explique avoir souffert "de longues périodes de dépression depuis l'US Open 2018"

Osaka s'explique et souhaite collaborer avec les organisateurs des tournois

Naomi Osaka explique aussi ne pas être à l'aise quand elle prend la parole en public : "Ceux qui me connaissent savent que je suis introvertie (…) Je ne suis pas une oratrice naturelle et je suis très anxieuse avant de parler aux médias du monde entier. Je suis nerveuse et c'est stressant d'essayer de donner les meilleures réponses possibles". 

La Japonaise souhaite désormais travailler avec les organisateurs des tournois autour de la question du bien-être des joueurs : "J'ai écrit au tournoi pour m'excuser et leur dire que je serais ravie d'échanger avec eux après le Grand Chelem (...) Je veux vraiment travailler avec les Grands Chelems pour discuter des façons dont on pourrait améliorer les conditions pour les joueurs, les médias et les fans"

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.