Open d'Australie : Novak Djokovic reconnaît une "erreur humaine" dans sa déclaration d'entrée sur le territoire

Le numéro 1 mondial est toujours dans l'attente de savoir s'il pourra participer, ou non, à l'Open d'Australie.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Novak Djokovic s'entraîne à Melbourne, le 12 janvier 2022, en attendant la décision du gouvernement australien. (WILLIAM WEST / AFP)

Après un début de semaine riche en spéculations autour du cas Novak Djokovic en Australie, le Serbe a tenu à s'exprimer, mercredi 12 janvier, dans un long message publié sur ses réseaux sociaux. Toujours menacé d'expulsion, il a souhaité, selon ses propres mots, "corriger des informations erronées pour apaiser les inquiétudes concernant (sa) présence en Australie, et pour répondre à des questions qui sont très pénibles et préoccupantes pour (sa) famille."

Novak Djokovic a notamment admis une "erreur de jugement" et qu'il aurait dû "reprogrammer le rendez-vous" avec un journaliste de L'Equipe, qui s'est déroulé le 18 décembre, alors qu'il se savait positif au Covid-19. Mais c'est après qu'il a également assuré avoir "respecté la distanciation sociale et porté un masque", à part quand les photos ont été prises. "Je me suis senti obligé de continuer car je ne voulais pas laisser tomber le journaliste", a-t-il ajouté.

La décision du gouvernement australien toujours attendue

Le Serbe s'est en revanche défendu en ce qui concerne l'événement auquel il a participé dans son pays le 17 décembre. Il assure avoir effectué deux tests antigéniques négatifs avant de rencontrer les responsables de sa Fédération et une vingtaine d'adolescentes, sans masque. "Je n'avais pas de symptôme et je me sentais bien, et je n'avais pas reçu la notification du test PCR positif avant la fin de cet événement", explique-t-il.

Novak Djokovic s'est aussi épanché sur les conditions de son arrivée en Australie. Il a reconnu dans son communiqué sur Instagram avoir commis une "erreur humaine, certainement pas délibérée" en déclarant à tort à son arrivée en Australie n'avoir pas voyagé lors des 14 jours précédant son vol. "Mon agent s'excuse sincèrement pour l'erreur administrative commise en cochant la mauvaise case concernant mon voyage", a ajouté le numéro 1 mondial. Il précise que son équipe "a fourni des informations supplémentaires au gouvernement australien pour clarifier cette question."

Le ministre de l'Immigration, Alex Hawke, peut encore décider d'annuler le visa du Serbe. La décision devrait intervenir rapidement, avant le début du tournoi australien.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers ATP

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.