Coupe du monde féminine de rugby : diffuser le match des Bleues en prime time sur France 2, "c'est un signe fort"

L'équipe française féminine de rugby joue jeudi soir contre l'Irlande sa place en demi-finale de la Coupe du monde. Un match qui sera retransmis pour la première fois en prime time sur France 2. L'ancienne joueuse Sandrine Agricole, commentatrice pour France Télévisions, salue cette exposition médiatique.

Sandrine Agricole, au centre, lors d\'un match contre l\'Angleterre durant le tournoi des Six Nations, le 1er février 2014.
Sandrine Agricole, au centre, lors d'un match contre l'Angleterre durant le tournoi des Six Nations, le 1er février 2014. (ROMAIN LAFABREGUE / AFP)

Des crampons… et des projecteurs. Le troisième match de l'équipe de France, engagée dans la Coupe du monde féminine de rugby, sera diffusé en première partie de soirée, jeudi 17 août, sur France 2. Cette rencontre décisive, face à l'Irlande, pour une qualification en demi-finale sera une première pour les Bleues, dont les matchs étaient jusque-là diffusés sur France 4.

Sandrine Agricole, ancienne joueuse du XV de France et commentatrice rugby pour France Télévisions salue cette décision. Une "confirmation", selon elle, des "résultats et de l'effervescence" suscitée par les Bleues depuis trois ans.

Franceinfo : Pourquoi passer en prime time sur France 2 maintenant ?

Sandrine Agricole : Je pense que depuis la dernière Coupe du monde, en 2014 [où elles avaient fini troisièmes]l’équipe française féminine de rugby a démontré qu’elle avait sa place dans le paysage sportif de haut niveau. Ces résultats et l'effervescence créée autour du rugby pratiqué par des femmes expliquent que France Télévisions redonne sa confiance à l'équipe en diffusant ce match en prime time.

C'est un signe fort qui prouve que l'équipe féminine a autant sa place que l'équipe masculine.Sandrine Agricole, ancienne du XV de France et commentatrice pour France Télévisionsà franceinfo

Est-ce que la diffusion à une heure de grande écoute peut être un coup d’accélérateur pour le rugby féminin ?

Selon moi, l'accélérateur, c'est ce qui s'est passé en 2014. Aujourd'hui, c'est une confirmation. La visibilité qu'on a sur France 2 peut permettre d'arriver à emmener plus de personnes, d'élargir les soutiens. Mais ce n'est pas le prime time qui va faire exploser la discipline ; seuls les résultats des joueuses peuvent le permettre. 

Juste avant ce Mondial, l'Euro féminin de football avait lui aussi été retransmis en prime time. On assisterait donc à un mouvement plus large de reconnaissance des équipes féminines ?

J’en suis persuadée. Ça devient un peu plus à la mode de diffuser des filles à la télé, mais au-delà, ça devient naturel de parler de sport féminin. Il faut aussi rappeler que le rugby féminin a évolué : il y a plus de moyens, les sportives sont de mieux en mieux préparées, donc obtiennent plus de résultats. C'est un effet boule de neige positif pour la pratique féminine de cette discipline.