"Il n'a pas de limites" : les nageurs de l'équipe de France de natation épatés par les performances de Léon Marchand

Depuis le début des championnats de France de natation à Rennes, Léon Marchand enchaîne les victoires et les belles performances. Des succès qui rendent admiratif le clan français.
Article rédigé par Jérôme Val
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min
Léon Marchand lors du 200 mètres papillon aux championnats de France de natation à Rennes ce mardi. (DAMIEN MEYER / AFP)

"Ça fait plaisir de voir sa tête, il est cool Léon !" Champion de France du 100 mètres, ce mardi soir, Maxime Grousset est éloquent quand il s'agit de parler du retour en France pour ces championnats de Léon Marchand, la pépite de la natation française. "Il n'a pas de limites, mais c'est lui, c'est Léon, c'est énorme ce qu'il fait ! Il est fort et c'est comme ça", sourit le spécialiste du 50m et 100m nage libre et du 50m papillon.

>> Sports : Léon Marchand, le nouveau prodige de la natation française

Depuis le début des championnats de France de natation à Rennes, dimanche 11 juin 2023, Léon Marchand accumule les titres et les records personnels. Le Toulousain a décroché, mercredi soir, son troisième titre sur le 200 mètres papillon après deux années passées à s'entraîner aux Etats-Unis. Pourtant, il y a encore un an, il n'était qu'un jeune nageur très prometteur, plutôt réservé chez les Bleus.

Ses performances répétées l'ont propulsé sur une autre planète : "On a Léon maintenant qui nous tire tous vers le haut", soutient Damien Joly, spécialiste des longues distances. "C'est super d'avoir un gars comme ça. Quand on a un leader, un extra-terrestre, ça motive !"

La tête sur les épaules

Ces coéquipiers en équipe de France louent aussi son état d'esprit, pas du genre à prendre la grosse tête. "Ses parents étaient des sportifs de haut niveau aussi, et ça se voit qu'il a la tête sur les épaules. Je ne pense pas qu'il va changer", sourit la nageuse Marie Wattel, la recordwoman de France du 100 mètres papillon. 

Le regard des autres a en revanche changé ces derniers mois autour du nageur formé aux Dauphins du TOEC. Une nouvelle donnée qu'il va devoir gérer au mieux note Charlotte Bonnet, en équipe de France depuis plus de 10 ans. "Je trouve que déjà la pression, elle est énorme. Il vise les Jeux de Paris, chez lui... Il faut le laisser tranquille là-dessus. Cela va créer quelque chose de fort que l'on voit un jeune arriver comme ça et qui s'entraîne à l'étranger. Et quand il arrive, il explose tout le monde, c'est super cool", confie Charlotte Bonnet. 

Et la moisson du champion n'est sans doute pas finie : Léon Marchand s’alignera mercredi soir sur l’une de ses courses favorites, le 200 m 4 nages.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.