Championnats d'Europe de judo : Romane Dicko, Shirine Boukli et Marie-Eve Gahié à la rescousse pour sauver le bilan tricolore

Lors du dernier jour de la compétition, Romane Dicko a remporté le titre en +78 kg. Chez les hommes, dimanche, aucun judoka n'est sorti du deuxième tour.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Romane Dicko a remporté, à Sofia, son troisième titre européen dans la catégorie des +78kg. (NIKOLAY DOYCHINOV / AFP)

Mission accomplie pour le judo français, avec 3 titres, 2 médailles d'argent et 3 médailles de bronze. La délégation tricolore a encore récolté une belle moisson de breloques lors des championnats d'Europe de Sofia (Bulgarie), qui se tenaient du 29 avril au 1er mai, et figure logiquement en tête des nations européennes. Dimanche 1er mai, Romane Dicko a décroché, à 22 ans, son troisième titre continental.

Mais les Bleus peuvent nourrir quelques regrets. Chez les hommes, seul Cédric Revol (-60kg), est reparti avec une médaille autour du cou, en l'absence de nombreux cadres de l'équipe de France. Voici ce qu'il faut retenir de ces trois jours sur les tatamis bulgares.

Dicko fait le show

Elle se savait attendue, Romane Dicko a répondu présent. Sourire jusqu'aux oreilles et cœur dans les cheveux, la médaillée de bronze à Tokyo a distribué les bons points sur les tatamis. Après avoir sorti la Tchèque Marketa Paulusova, la Française s'est montrée expéditive face à la Polonaise Kinga Wolszczak et contre la Turque Sebile Akbulut. Pas de temps à perdre pour la jeune femme de 22 ans, qui briguait son troisième titre européen.

Romane Dicko en demi-finale du championnat d'europe de Sofia, en Bulgarie, le 1er mai 2022. (NIKOLAY DOYCHINOV / AFP)

Dans une finale piégeuse face à l'Israelienne Raz Hershko, vainqueure du Grand Prix d'Antalya 2021, Romane Dicko, techniquement et physiquement supérieure, s'est imposée sans trembler. La sociétaire du PSG judo offre ainsi un troisième titre à la délégation tricolore après les médailles de Shirine Boukli (-48kg) et Marie-Eve Gahié (-70kg). 

Malonga se console en bronze

Dans la catégorie des -78kg, Madeleine Malonga s'est contentée du bronze, dimanche. Championne d'Europe (2018 et 2020) et vice-championne olympique à Tokyo, la Française a été sortie en quarts de finale par l'Italienne Alice Bellandi. Après avoir eu raison de la Britannique Natalie Powell en repêchage, la Française a bénéficié du forfait de Patricia Sampaio, blessée, pour décrocher sa 4e médaille européenne.

Les filles dominent l'Europe

Or, argent ou bronze : les Françaises ont décroché un éventail de médailles. En -70kg, Marie-Eve Gahié (or) et Margaux Pinot (bronze) ont brillé. Marie-Eve Gahié renoue ainsi avec la victoire après trois longues années de disette depuis son titre mondial de 2019.

Amandine Buchard (-52 kg) et Sarah-Léonie Cysique (-57kg) peuvent de leur côté nourrir quelques regrets après s'être inclinées en finale. Championne d'Europe en titre et vice-championne olympique à Tokyo, Amandine Buchard a été piégée par la Britannique Chelsie Giles. Sarah-Léonie Cysique a quant à elle buté sur sa bête noire, l'Israelienne Timna Nelson Levy, qui l'avait déjà battue au Grand Prix de Tel Aviv. Une victoire symbolique pour Israël qui n'avait plus remporté de couronne continentale chez les femmes depuis 1993.

Les Bleus se ratent

Les jours passent et se ressemblent pour l'équipe de France masculine. Seule la médaille de bronze de Cédric Revol (-60kg) est venue étoffer le bilan tricolore. Privée de ses champions olympiques, au repos ou blessés, l'équipe de France est à la peine. Joseph Terhec, aligné en +100kg dans une catégorie absente du rendez-vous continental depuis 2018, n'a pas franchi le cap du premier tour, dimanche, contre l'Allemand Johannes Frey.

Même constat pour Cedric Olivar, en -100kg, éjecté d'entrée par l'Azerbadjanais Elmar Gasimov. Pas de sauvetage donc, pour une équipe de France qui n'a plus enregistré de titre européen chez les hommes depuis 2016 et les succès d'un certain Teddy Riner (+100kg) et de Walide Khyar (-60kg).

À l'image de ces trois jours, le bilan tricolore est en clair-obscur. Avec 8 médailles, les Français font aussi bien que lors des derniers championnats d'Europe. En nombre de titres, ils font même mieux : seule Amandine Buchard était montée sur la plus haute marche du podium en 2021. On est loin, en revanche, des 5 titres de 2020 (Boukli, Agbégnénou, Pinot, Malonga, Dicko).

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Judo

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.