Jeux olympiques : porte-drapeau, un rôle dur à assumer

Dans le stade, la délégation française sera conduite par Teddy Riner. Il sera notre porte-drapeau. Un rôle qui ne porte pas toujours bonheur même si la cérémonie d'ouverture est toujours un grand moment d'émotion.

France 3

C'est un moment unique, une simple flamme qui devient planétaire. Tous les quatre ans, la magie opère comme ici à Londres en 2012 avec une cérémonie d'ouverture toujours plus majestueuse. Et puis enfin, ils apparaissent. Tous les athlètes français le disent après coup, ils vivent intensément ce moment-là entre émotion et fierté. Quatre ans après Londres, Lucie Decosse n'a rien oublié. C'est là-bas qu'elle fut championne olympique de judo.

Objectif : briser la malédiction

1996, Atlanta (États-Unis) : Marie-Josée Pérec est porte-drapeau de la délégation française. En 2000, Sydney (Australie), David Douillet, le judoka, est le dernier porte-drapeau à avoir décroché également un titre olympique dans la compétition. Car depuis, il y a comme un malentendu. 2004 à Athènes, Jackson Richardson, le handballeur, ne verra pas la médaille olympique. 2008 à Pékin, Tony Estanguet en canoë connaîtra le même sort. En 2012 à Londres, Laura Flessel, l'escrimeuse, échouera également. Et voilà donc Teddy Riner, porte-drapeau ce vendredi 5 août au soir, prévenu. Le colosse du judo n'a qu'un objectif : briser cette malédiction et rester en or olympique.

Le JT
Les autres sujets du JT
Les drapeaux lors de la cérémonie de clôture des Jeux de Londres, le 12 août 2012. 
Les drapeaux lors de la cérémonie de clôture des Jeux de Londres, le 12 août 2012.  (MATT SLOCUM/AP/SIPA / AP)