Ambiance de crise dans le handball norvégien après la diffusion de photos intimes d'une star de l'équipe féminine

La joueuse Nora Mork accuse plusieurs joueurs de l'équipe norvégienne masculine de handball d’avoir partagé des photos d'elle, confidentielles.

La joueuse norvégienne de handball, Nora Mork, lors de la finale du Mondial contre la France le 17 décembre 2017 à Hambourg, en Allemagne.
La joueuse norvégienne de handball, Nora Mork, lors de la finale du Mondial contre la France le 17 décembre 2017 à Hambourg, en Allemagne. (PATRIK STOLLARZ / AFP)
avatar
Xavier MonferranRadio France

Mis à jour le
publié le

La Norvège faisait déjà grise mine depuis la défaite des Expertes en finale du Mondial le mois dernier face aux Françaises. Cette fois, la France est le cadet des soucis du handball norvégien. Alors que l’équipe norvégienne masculine de handball est actuellement en Croatie pour disputer l’Euro-2018Nora Mork, la star du groupe féminin accuse plusieurs joueurs d’avoir propagé des photos intimes d’elle sur Internet. 

À l’automne dernier, elle s'est fait pirater son téléphone et un certain nombre de photos intimes d’elle, nue, se sont retrouvées sur internet. C'est la même mésaventure qu’avait connue l'étoile de la natation française, Laure Manaudou, en 2014. Sauf que Nora Mork accuse publiquement deux joueurs de l’équipe masculine de son pays d’avoir fait tourner ces photos et de prolonger son calvaire.

La fédération nationale, cible des critiques

Elle accuse aussi la fédération norvégienne de handball d’avoir laissé faire et menace de quitter la sélection nationale. Plusieurs de ses co-équipières lui ont fait part de leur soutien dans une lettre adressée à la fédération qui est totalement dépassée et qui tente d’éteindre l’incendie. C'est une véritable ambiance de crise qui règne donc en ce moment dans un pays où les handballeuses sont plus populaires que les handballeurs.

Les vice-champions du monde, eux, sont à Zagreb pour affronter la Croatie jeudi 18 janvier. La suite de la compétition pourrait être bien courte ou bien longue si la polémique enfle encore.