JO 2024 : Kaylia Nemour, grand espoir de la gymnastique en France, empêchée de concourir

L'athlète de 16 ans, formée en Indre-et-Loire, se retrouve au cœur d'un imbroglio avec la Fédération française de gym. Franco-Algérienne, elle souhaite représenter l'Algérie mais la FFGym s'y oppose.
Article rédigé par France Info - Winny Claret
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min
Kaylia Nemour, dans son club d'Avoine-Beaumont (Indre-et-Loire), le 25 février 2023. (FREDERIC DUBUISSON / MAXPPP)

Il y a deux ans, Kaylia Nemour se fait opérer des genoux. Après huit mois de rééducation, son chirurgien l'autorise à reprendre la gym. Mais le médecin de la Fédération française de gymnastique, lui, n'est pas de cet avis. Trop tôt, trop risqué. En mars 2022, il interdit à l'adolescente, espoir de la gymnastique française, de recommencer l'entraînement et la compétition. Après des mois de blocage, la licenciée du club d'Avoine-Beaumont (Indre-et-Loire), qui a la double nationalité, décide donc de rejoindre la Fédération algérienne de gym.

>>> Gymnastique : l'entraîneur de l'équipe de France masculine Vitaly Marinitch mis à pied pour "comportement inapproprié"

L’Algérie veut l’intégrer et la Fédération internationale donne son feu vert. Mais la Fédération française oppose un nouveau veto. Or, sans le consentement de la FFGym, Kaylia Nemour, âgée de 16 ans, est obligée de respecter un délai de carence d’un an avant de pouvoir concourir pour l’Algérie. "Non, la Fédération française n'y peut rien, assure le président James Blateau, ce sont les règles internationales". La gymnaste a repris la compétition en club en s’inscrivant comme athlète étrangère à Avoine-Beaumont. Mais elle doit encore patienter plusieurs mois avant d'enfiler le justaucorps algérien. Et elle ne peut pas préparer les Jeux olympiques de Paris 2024.

Un conflit entre son club et la FFGym ?

Pourtant des gymnastes qui ont changé de nationalité sportive, il y en a plein. Et notamment des Françaises qui sont parties, comme elle, en équipe d’Algerie et qui ont pu concourir très vite pour leur nouvelle nation. Pourquoi le cas de Kayla Nemour pose-t-il problème ? Selon sa mère, Stéphanie Nemour, la gymnaste est la victime collatérale d'un litige entre son club d'Avoine-Beaumont et la FFgym. La pomme de discorde ? Plusieurs gymnastes d'Avoine ont refusé de s'installer à l'INSEP, à Paris, ou au pôle de Saint-Etienne pour préparer les Jeux, préférant rester dans leur club.

Depuis, affirme Stéphanie Nemour, la Fédération française s'acharne contre le club, ses entraîneurs, sa politique de formation. L'instance, elle, ne veut pas commenter. Et au milieu de ce bras de fer, il y a une jeune athlète qui aurait pu être l'avenir de la gym française. Sacrée championne de France espoirs aux barres asymétriques en 2019, Kaylia Nemour a décroché une note de 14,8 points lors d'une compétition en février dernier. L’Italienne Alice d’Amato a été sacrée championne d'Europe la semaine dernière avec une note de 14,4. Une occasion manquée pour la gymnaste française.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.