Incidents au centre d’entraînement de l’OM : un supporter condamné à trois mois de prison, 11 autres à six mois avec sursis

Le procès de 14 supporters de l'OM présents lors du saccage du centre d'entraînement du club le 30 janvier a eu lieu mercredi 24 février, rapporte France Bleu Provence.

Article rédigé par
avec France Bleu Provence - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
L'entrée du centre d'entraînement de l'OM, le 31 janvier 2021. (NICOLAS TUCAT / AFP)

Un supporter de l'OM a été condamné à 3 mois de prison ferme mercredi 24 février et 11 autres à 6 mois de prison avec sursis pour le saccage du centre d’entraînement du club le 30 janvier dernier. Deux prévenus on également été relaxés. 

Le parquet de Marseille avait requis huit mois de prison avec sursis à l’encontre de 13 supporters, rapporte France Bleu Provence. Le procureur avait aussi requis quatre mois de prison ferme aménageables pour un dernier supporter, qui avait déjà à son actif une condamnation à de la prison avec sursis pour vol. C'est ce dernier qui a écopé de la peine la plus lourde. 

Les 14 supporters ont entre 19 et 37 ans. Avant le début du procès, quelques supporters marseillais se sont réunis devant le tribunal pour témoigner leur soutien à leurs collègues. Parmi eux, le supporter iconique du club marseillais René Malleville : "Quand on les voit arriver dans un fourgon pénitentiaire, on a l'impression que c'est Mesrine !"

Les avocats de la défense ont plaidé l’absence de preuves, rapporte France Bleu Provence. "Les supporters sont venus pour manifester leur mécontentement. Pour certains, c'était la promenade, ils ont vu cette réunion et avec le Covid ça faisait longtemps que personne ne s'était vu, n'avait chanté dans l'enceinte d'un stade... Et puis il y a eu des exactions mais les véritables auteurs sont dans la nature. Quand la foule s'est dispersée, les policiers en ont attrapé quelques-uns sur les 300 sans savoir ce qu'ils avaient fait ou pas", a défendu Me Nicolas Besset, l’avocat de deux des prévenus.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.