Cet article date de plus de six ans.

Olympique de Marseille : Labrune, Diouf et Dassier en garde à vue

Une dizaine de personnes placés en garde à vue mardi dans le cadre de l'affaire financière visant l'Olympique de Marseille. Parmi elles, le président de l'OM Vincent Labrune, son bras droit Philippe Pérez et deux ex-dirigeants du club de foot marseillais, Jean-Claude Dassier et Pape Diouf.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (L'actuel président de l'OM, Vincent Labrune (à gauche), et l'ancien président, Jean-Claude Dassier (à droite), ont été placés en garde à vue. © Maxppp)

Coup de tonnerre à l'Olympique de Marseille. Plusieurs membres ou anciens membres de l'état major du club sont en garde à vue ce mardi. Le président du club, Vincent Labrune, a été arrêté à son domicile marseillais mardi matin. Il a été placé en garde à vue dans une enquête financière, a indiqué à France Info une source policière.

Cette enquête s'intéresse à la gestion présente et passée de l'OM, et plus précisément sur les transferts présumés litigieux, dont celui de l'international français André-Pierre Gignac réalisé en 2010 entre le club marseillais et Toulouse.

Rétrocommissions lors de certains transferts

Le directeur général de l'OM Philippe Pérez et les deux anciens présidents du club Pape Diouf et Jean-Claude Dassier sont également en garde à vue dans le cadre de cette affaire. Les deux premiers à Marseille et le troisième au parquet financier de Nanterre (Hauts-de-Seine). Tous ont été arrêtés sur leur lieu de résidence mardi matin.

A LIRE AUSSI ►►► Football : matchs de Ligue 2 truqués, plusieurs interpellations

Les enquêteurs soupçonnent le versement de rétrocommissions qui auraient bénéficié au grand banditisme corse. Ils avaient déjà, en janvier 2013, perquisitionné le bureau de Vincent Labrune, qui était alors président du conseil de surveillance et validait toutes les opérations financières du club, pour chercher à établir les liens présumés entre le milieu corse et l'Olympique de Marseille.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.