VIDEO. "Jean-Michel Aulas, on va tout casser chez toi !" : le chant des supporters de l'OM qui rend tout le monde "fada"

Cette chanson a fait son apparition chez les supporters marseillais avant la finale de la Ligue Europa entre Marseille et l'Atlético Madrid, qui se joue mercredi soir à Lyon. Et elle n'est pas du goût de tout le monde.

Voir la vidéo

"Jean-Michel Aulas, on va tout casser chez toi !" L'air est entêtant et les paroles, virulentes. Ce nouveau chant a fait son apparition dans les tribunes de l'Olympique de Marseille à l'approche de la finale de la Ligue Europa, mercredi 16 mai. Ce jour-là, les joueurs phocéens affronteront l'Atlético Madrid à Lyon, dans le stade de leur rival national, l'Olympique lyonnais. Cela valait bien une petite dédicace au patron de l'OL, Jean-Michel Aulas.

A la base, le chant reprend l'air des supporters britanniques de West Ham en l'honneur de Dimitri Payet. La première version made in Marseille taquine, elle, le patron de l'hôte lyonnais : "Jean Michel-Aulas, on va la [la finale de Ligue Europa] gagner chez toi !"

"On va là-bas pour tout casser, mais sportivement"

Rapidement, de nouvelles paroles, plus agressives, prennent le dessus chez les supporters marseillais : "Jean-Michel Aulas, on va tout casser chez toi !" On vous épargne le passage insultant. Quoi qu'il en soit, ce nouvel hymne cartonne immédiatement et se répand bien au-delà des stades de foot. Sur les réseaux sociaux, les reprises se multiplient, tantôt en versions instrumentales, tantôt en rap.

Un succès qui a fini par agacer le dirigeant lyonnais. L’Olympique lyonnais a ainsi décidé de saisir le parquet du tribunal de grande instance de Lyon d'une plainte pour provocation au délit de destructions, dégradations et détériorations volontaires, dangereuses pour les personnes. Les joueurs de l'OM, eux, ont appelé au calme. "On va là-bas pour tout casser, mais sportivement, a expliqué le milieu de terrain marseillais Maxime Lopez. Il ne faut pas oublier que c'est une fête, il ne faut pas non plus disjoncter."

Des supporters de l\'OM à Marseille (Bouches-du-Rhône), le 3 mai 2018.
Des supporters de l'OM à Marseille (Bouches-du-Rhône), le 3 mai 2018. (ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP)