Ligue des nations : contre la Croatie, les Bleus veulent terminer avec le sourire

Menacée d’une relégation après trois journées en Ligue des nations, l’équipe de France veut terminer sur une bonne note contre la Croatie, lundi, à l’issue d’un rassemblement où les déconvenues se sont accumulées.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 4 min.
Kylian Mbappé et Didier Deschamps lors de l'entraînement des Bleus au stade de France, le 12 juin (FRANCK FIFE / AFP)

Sur la pelouse du Stade de France, dimanche, Ibrahima Konaté a, comme très souvent, le sourire aux lèvres. Le défenseur de Liverpool, qui a connu sa première sélection vendredi contre l’Autriche, a beau s’entraîner à l’écart du groupe, avec le risque de ne pas débuter contre la Croatie lundi 13 juin, sa bonne humeur ne le quitte pas. Celle-ci avait irradié l’auditorium du stade Poljud mardi dernier, au lendemain du match aller contre la Croatie.

Son habileté à répondre aux sollicitations médiatiques a constitué l’un des moments les plus rafraîchissants d’un rassemblement de juin pour l'instant bien morose pour l’équipe de France. Cette dernière doit terminer sa tournée de juin par son match contre la Croatie, lundi, avec l’objectif de mettre fin à une série de trois matchs sans victoire, ce qui ne lui était plus arrivé depuis l’Euro 2021.

En cas de résultat négatif contre la Croatie ce soir, la France enchaînerait avec un quatrième match sans succès, ce qui n'est arrivé que deux fois en dix ans avec Didier Deschamps sur le banc des Bleus, après l'Euro de l'été dernier et entre juin et septembre 2013. Il s’agirait d’une première sur une période aussi ramassée alors qu'il y a neuf ans, l’équipe de France avait enchaîné plus de 500 minutes sans trouver le chemin des filets. Au moins, en ce moment, les Bleus marquent. Comme les bobos d’ailleurs, qui ont rythmé ce rassemblement et joué un rôle primordial dans les résultats.

S'éloigner de la relégation

Raphaël Varane et N’Golo Kanté ont ainsi quitté le groupe, tandis que Kylian Mbappé a été gêné par son genou. Au début du rassemblement, Deschamps, touché par le deuil du décès de son père, avait dû quitter le groupe pendant plusieurs jours. Une nouvelle qui a évidemment affecté le staff et les joueurs. Esprits et corps touchés, rien n’a semblé épargner les Bleus lors des deux dernières semaines.

"Il y avait de la fatigue accumulée pour certains avec une très grosse saison, d’autres avec une certaine décompression avec des succès ou autres, et d’un match à l’autre, des petits pépins qui sont venus se rajouter", a expliqué Deschamps hier en conférence de presse. Encore dimanche, six joueurs n’ont pas participé à la séance collective. "Nous les sélectionneurs, on devrait tous se plaindre, parce qu’avoir quatre matchs à cette période-là, ça augmente les difficultés", a rajouté le patron des Bleus.

Malgré l’accumulation des matchs et les résultats négatifs, les tricolores n'oublient pas leur objectif de ce lundi, comme l’a rappelé Deschamps : "S’imposer contre la Croatie." Après trois journées, la France est dernière de son groupe et doit réagir si elle ne veut pas être reléguée et risquer de se retrouver dans le deuxième chapeau lors du tirage au sort des éliminatoires du prochain Euro le 9 octobre prochain.

Aux trois résultats négatifs de ces dix derniers jours s’ajoute donc la pression de devoir obligatoirement s’imposer. "Bien sûr qu’on pense à la relégation. On sait que l’équipe de France ne devrait pas être à cette place-là. C’est un match très, très important", a insisté Presnel Kimpembe en conférence de presse dimanche, lui qui sera capitaine comme la semaine dernière à Split, lors du match aller contre les Croates.

Un dernier effort avant les vacances

Le fait d’être de retour à la maison, dans un Stade de France à guichets fermés, après la chaleur étouffante de la côte Adriatique et la grisaille de Vienne, pourrait aider. Mais il faudra faire plus et mieux, comme l’avait expliqué Kylian Mbappé après le match au stade Ernst-Happel en Autriche : "On n’a pas gagné, on n’a pas pris ce qu’on voulait avant le match et donc on va travailler et essayer de gagner lundi."

Et l’attaquant du PSG de rajouter : "Il ne faut jamais s’inquiéter, toujours être fier." Même son de cloche chez Kimpembe hier : "Même si ce sont des moments plus difficiles que d’autres, tout est bon à prendre. C’est comme ça qu’on avance. Il faut toujours regarder vers l’avant et avoir un côté positif." Les tricolores restent donc optimistes malgré un rassemblement pour l’instant teinté de déceptions.

Karim Benzema, Boubacar Kamara et Ibrahima Konaté n'ont participé qu'à un footing lors de l'entraînement des Bleus au stade de France, le 12 juin (FRANCK FIFE / AFP)

Certains joueurs n’ont pas totalement saisi leur chance et des doutes ont émergé sur le système tactique qui sera utilisé lors de la Coupe du monde dans cinq mois. Mais ces expériences ne seront pas de trop au moment d’aborder le Mondial. Après ce match contre la Croatie, il en restera deux contre l’Autriche et le Danemark en septembre. Avant cela, il va donc falloir s’imposer ce lundi.

En évoquant son cas personnel et sa gêne au genou, Mbappé avait assuré après le match contre l'Autriche qu’"il ne reste qu’un match et ensuite c’est les vacances. Donc on peut forcer un peu". Ses coéquipiers partageront certainement la même envie de corriger le tir ce soir. Un succès permettrait d’oublier les petits pépins de ce rassemblement, et de partir en vacances l’esprit un peu plus léger, la confiance retrouvée dans les valises.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Ligue des nations

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.