En images "Pourquoi il a dit 'négro' ?" : récit de la soirée où les joueurs du PSG et de Basaksehir ont dit "non" au racisme

Le quatrième arbitre de la rencontre de Ligue des champions est accusé d'avoir tenu, mardi soir, des propos à caractère raciste à l'encontre de Pierre Achille Webo, entraîneur adjoint noir du club turc de Basaksehir. Le match a été interrompu et reprendra mercredi à 18h55.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 5 min.

L'image est inédite et va rester dans les mémoires. Il est 21h23, mardi 8 décembre, quand les joueurs du PSG et du club turc de Basaksehir décident de regagner leurs vestiaires et d'interrompre leur match de Ligue des champions. Par ce geste, ils protestent contre les propos racistes que le quatrième arbitre de la rencontre est accusé d'avoir tenus contre Pierre Achille Webo, l'entraîneur adjoint noir du club stambouliote et ancien international camerounais. Retour en images sur les événements de cette soirée. 

A la 14e minute, l'étincelle

Presnel Kimpembe lors d'une action face à Enzo Crivelli, lors du match de Ligue des champions PSG-Basaksehir, le 8 décembre 2020 au Parc des Princes, à Paris. (JULIEN MATTIA / ANADOLU AGENCY)

Le PSG et Basaksehir jouent la 14e minute de jeu quand le Français Presnel Kimpembe commet une faute avec un excès d'engagement. Le banc du club stambouliote se lève pour protester et réclame un carton, ce qui a le don d'agacer le quatrième arbitre (celui situé sur le bord du terrain), le Roumain Sebastian Coltescu. Ce dernier appelle l'arbitre central pour lui demander d'intervenir. Les caméras de RMC sport ne filment pas les lèvres du quatrième arbitre, mais grâce à l'absence de public et au silence dans le stade, il est possible d'entendre quelqu'un prononcer le mot "negru" (qui signifie "noir" en roumain).

Sur Twitter, le journaliste roumain Emanuel Rosu, qui s'appuie sur une bande sonore plus nette, propose même une retranscription des propos tenus par le quatrième arbitre : "Le Noir là-bas. Va vérifier qui il est. Le Noir là-bas. Ce n'est pas possible de se comporter comme ça." Un journaliste de l'AFP propose sensiblement la même traduction.

"Why you said 'negro' ?"

Pierre Achille Webo s'adresse à l'arbitre du match, le Roumain Ovidiu Hategan, le 8 décembre 2020 au Parc des Princes, à Paris. (CHARLES PLATIAU / REUTERS)

Pierre Achille Webo a également très bien entendu les mots du quatrième arbitre. L'ancien international camerounais descend en furie du banc visiteur et se dirige vers l'arbitre en répétant à plusieurs reprises : "Why you said 'negro' ? Why you said 'negro' ? [Pourquoi avez-vous dit 'négro' ?]" Ses cris de colère ne trouvent pas de réponse.

L'arbitre sanctionne Webo d'un carton rouge

L'arbitre du match PSG-Istanbul Basaksehir sort un carton rouge contre l'entraîneur adjoint Pierre Achille Webo, le 8 décembre 2020 à Paris.  (CHARLES PLATIAU / REUTERS)

Pour seule réponse, l'arbitre central, Ovidiu Hategan, également roumain, adresse un carton rouge à Pierre Achille Webo. Une décision surprenante puisqu'il semblait à bonne distance pour avoir entendu les mots prononcés par son quatrième arbitre. RMC sport rappelle d'ailleurs qu'Ovidiu Hategan n'est pas réputé pour sa fermeté dans la lutte contre le racisme. Il avait été critiqué pour son inaction lors d'un match de Ligue des champions CSKA Moscou-Manchester City en 2013, pendant lequel Yaya Touré s'était dit victime d'insultes racistes venues des supporters locaux.

Cohue autour de l'arbitre

Les joueurs des deux clubs se réunissent autour de l'arbitre pour réclamer des explications, le 8 décembre 2020, au Parc des Princes, à Paris. (FRANCK FIFE / AFP)

La décision d'Ovidiu Hategan ne va pas calmer les esprits, bien au contraire. De nombreux joueurs s'agglutinent rapidement autour de l'arbitre pour réclamer des explications. Neymar et Kylian Mbappé interviennent notamment dans les discussions. "Nous ne pouvons pas jouer avec ce gars", lance notamment le champion du monde français en pointant du doigt le quatrième arbitre. De son côté, l'entraîneur d'Istanbul, Okan Buruk, est en boucle : "He said 'negro'". La voix du défenseur français du PSG Presnel Kimpembe se fait alors entendre : "Venez, on sort."

"Vous ne dites jamais 'ce Blanc'"

L'attaquant Demba Ba demande des explications à l'arbitre Ovidiu Hategan, le 8 décembre 2020 à Paris. (CHARLES PLATIAU / REUTERS)

Un dialogue débute alors entre les joueurs, l'arbitre et le délégué de l'UEFA, sans parvenir à une issue. Le quatrième arbitre tente de se défendre en expliquant que "negro" signifie "noir" en roumain. Mais c'est l'intervention de Demba Bal'attaquant remplaçant de Basaksehir, qui va faire basculer la soirée. L'international sénégalais natif de la région parisienne, touché à plusieurs reprises dans sa carrière par des attaques racistes, laisse éclater sa colère et se place face au quatrième arbitre : "Vous ne dites jamais 'ce Blanc', vous dites 'celui-là', alors quand vous parlez d'un homme noir, pourquoi dites-vous 'ce Noir' ?"

Le quatrième arbitre sur la touche

La quatrième arbitre Sebastian Coltescu lors du match de Ligue des champions PSG-Basaksehir, le 8 décembre 2020, à Paris.  (FRANCK FIFE / AFP)

La quatrième arbitre, Sebastian Coltescu, reste impassible et tente de se tenir à l'écart de la cohue. Comme le détaille France Football, cet arbitre de 43 ans officie pour le compte de la FIFA depuis 2006. Sur Twitter, le journaliste roumain Emanuel Rosu indique que Sebastian Coltescu a récemment été retiré de la liste Fifa, c'est-à-dire qu'il arbitre cette saison sa dernière campagne européenne. Le journaliste décrit également "une personne émotionnellement fragile".

Tous les joueurs rentrent aux vestiaires

Les joueurs du PSG rentrent au vestiaire dans la foulée des joueurs de Basaksehir, le 8 décembre 2020, au Parc des Princes, à Paris.  (FRANCOIS MORI/AP/SIPA / SIPA)

Après une dizaine de minutes d'échanges, les joueurs stambouliotes décident de prendre la direction des vestiaires, encouragés par Demba Ba qui réalise de grands gestes en direction du couloir. Les joueurs parisiens suivent très rapidement. Les 22 acteurs du match reçoivent alors les applaudissements des membres de l'encadrement des clubs. 

Négociations en coulisses

Le match de Ligue des champions entre le PSG et Basaksehir est arrêté sur le score de 0-0, le 8 décembre 2020 à Paris. (JULIEN MATTIA / ANADOLU AGENCY / AFP)

Il est 21h23 quand le match s'arrête officiellement. Le président du club turc, Göksel Gümüsdag, annonce d'abord que ses joueurs ne reprendront pas la partie tant que le quatrième arbitre sera présent en bord de touche. Les négociations s'entament alors dans les vestiaires pour tenter de trouver une solution afin de finir ce match décisif pour la qualification du PSG en huitièmes de finale de la Ligue des champions. Un peu avant 22 heures, le match semble sur le point de reprendre. Les joueurs parisiens semblent attendre dans les coulisses. Ils s'échauffent et effectuent quelques passes.

Confusion et patience

Le milieu de terrain du PSG Marco Verratti attend dans les vestiaires une éventuelle reprise du match entre le PSG et Basaksehir, le 8 décembre 2020 au Parc des Princes, à Paris. (FRANCK FIFE / AFP)

Mais au même moment, les réactions affluent sur les réseaux sociaux et la soirée prend une tournure politique. Sur Twitter, le président turc Recep Tayyip Erdogan, très lié au club de Basaksehir, écrit : "Je condamne fermement les propos racistes tenus à l'encontre de Pierre Webo, membre du staff technique de Basaksehir, et suis convaincu que l'UEFA prendra les mesures qui s'imposent." Le club turc a de son côté rapidement posté sur Twitter le visuel de l'UEFA utilisé dans une campagne contre le racisme avec la mention : "No to racism." Le message est rapidement relayé par des milliers d'internautes, et notamment sur le compte Twitter du PSG. De son côté, l'UEFA se mure dans le silence, comme le relève So Foot.

Pas de terrain d'entente

Les employés du Parc des Princes enlèvent les buts après l'arrêt du match entre le PSG et Basaksehir, le 8 décembre 2020 à Paris. (FRANCK FIFE / AFP)

Finalement, les joueurs de Basaksehir refusent de reprendre la rencontre. Selon L'Equipe, l'UEFA a bien proposé de remplacer le quatrième arbitre et de la placer à la gestion de l'arbitrage vidéo, mais le geste est insuffisant pour le club turc. Dans le stade, le staff des deux équipes range le matériel.

Le match reporté au lendemain

Les joueurs du club turc de Basaksehir dans le bus qui les ramène à l'hôtel, le 8 décembre 2020 à Paris. (FRANCK FIFE / AFP)

A 23 heures, la décision tombe. Après plus de deux heures de discussions et d'informations contradictoires, le club turc puis l'UEFA font savoir que la rencontre reprendra mercredi (18h55), là où elle s'était arrêtée, avec une nouvelle équipe d'arbitres. Une "enquête approfondie" va être menée concernant les accusations de racisme, a par ailleurs annoncé l'instance de gouvernance du football européen.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.