PSG-OL : Paris dissipe quelques doutes mais se pose encore des questions

Le Paris Saint-Germain s’est imposé dans les dernières secondes de son match face à l’Olympique Lyonnais dimanche (2-1). Une rencontre qui a vu l’attaque parisienne en léger progrès.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Lionel Messi sert Kylian Mbappé lors du match entre le PSG et l'OL, le 19 septembre (FRANCK FIFE / AFP)

Tout n’a pas été parfait, loin de là, mais le Paris Saint-Germain s’est rassuré dimanche 19 septembre, en s’imposant dans les toutes dernières secondes de son match face à l’Olympique Lyonnais (2-1). Mené à vingt-cinq minutes de la fin de la rencontre, et après une prestation décevante contre Bruges lors de la première journée de Ligue des champions en cours de semaine (1-1), le PSG a frôlé la correctionnelle.

Finalement, le club de la capitale s’en est bien sorti, pour la toute première de Lionel Messi au Parc des Princes. Malgré tout, Paris n’a pas encore réglé tous les problèmes - parce que oui, il en existe - qu’implique l’arrivée de l’Argentin au PSG. Question équilibre, le club de la capitale se cherche encore. Après avoir aligné un 4-3-3 face à Bruges pour la première du trio Neymar-Messi-Mbappé, Mauricio Pochettino a tenté dimanche une sorte de 4-2-3-1, en rajoutant Angel Di Maria à sa ligne d’attaque et en faisant de Messi le métronome qu’il doit être dans cette équipe.

La formule demande à être revue, mais l’entraîneur argentin du PSG s’est montré satisfait en conférence de presse après le match : "L’équipe a montré un bon équilibre entre la défense et l’attaque. Je pense que l’organisation a bien fonctionné. On a fait du bon travail offensivement en créant des occasions." Des occasions, les Parisiens s’en sont en effet procuré plusieurs, par Messi surtout, qui a rayonné en première période, en décrochant entre les lignes.

La MNM commence à se trouver

Une bonne nouvelle pour les prochains rendez-vous du PSG, comme celle qui a vu Neymar prendre le relai de l’Argentin quand ce dernier a baissé le pied en seconde période. Plus incisif après la pause, le Brésilien a provoqué un penalty - plus que discutable - avant de le transformer. Moins en vue, Kylian Mbappé est l’auteur de la passe décisive pour Mauro Icardi en toute fin de match.

Tout n’est pas parfait, "mais on va s’améliorer avec le temps", assurait Pochettino dimanche soir après le match. Parce que si le PSG a mis autant de temps à faire la différence face à Lyon, il a déjà montré des progrès dans le jeu par rapport à sa sortie face à Bruges. Après avoir eu des difficultés à se trouver en Belgique mercredi dernier, Messi, Neymar et Mbappé ont réussi à combiner par séquences, surtout le premier avec les deux autres.

Di Maria, le facteur X ? 

Une prestation encourageante pour la suite, d’autant plus que le rôle d’Angel Di Maria pourrait être déterminant dans les semaines à venir. Suspendu en C1 pour le match contre Bruges, l’Argentin a fait son retour dimanche soir. Toujours précieux lorsqu’il s’agit de se projeter vers l’avant, l’Argentin pourrait être la clé que cherche Pochettino.

"Défensivement, Angel devait venir donner un coup de main à Herrera et Gueye pour donner de la solidité au milieu", a expliqué l’entraîneur argentin. Di Maria n’a pas été parfait dans ce rôle - les Lyonnais ont profité de plusieurs brêches au milieu -, mais il pourrait apporter cet équilibre dont rêve Pochettino, alors que le trio Neymar-Mbappé-Messi n'est pas prompt à défendre et fait nécessairement pencher le PSG vers l’avant.

Manchester City fera office de test

La question est désormais de savoir si cette organisation peut tenir le coup en Ligue des champions. Pochettino n’a pas hésité à la tenter lors du premier gros choc du PSG en Ligue 1 cette saison, face à une belle équipe de Lyon. L’OL ne méritait certainement pas de perdre dimanche soir, mais les Parisiens ont en tout cas prouvé qu’ils peuvent s’imposer dans ce système.

En championnat, cette organisation résolument tournée vers l’offensive pourrait convenir au PSG, qui en est désormais à six victoires en six matches depuis le début de la saison. Mais les rendez-vous européens risquent de mettre à l’épreuve ce PSG-là si Pochettino décide de continuer à aligner une équipe aussi ambitieuse. De toute façon, avec Messi, Neymar et Mbappé dans son effectif, l’entraîneur argentin n’a pas le choix. Le prochain test aura lieu contre Manchester City, le 28 septembre, en C1.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Ligue 1

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.