Girondins de Bordeaux : après le départ de King Street, que peut-il se passer pour le club ?

Le désengagement de l’actionnaire américain King Street met les Girondins de Bordeaux dans une situation compliquée.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 2 min.
 (PHILIPPE LOPEZ / AFP)

King Street, le propriétaire américain des Girondins de Bordeaux, a annoncé jeudi 22 avril qu'il "ne souhaitait plus soutenir le club et financer ses besoins actuels et futurs". Placé sous la protection du Tribunal de commerce de Bordeaux, le club est laissé dans une situation incertaine à cinq journées de la fin du championnat. Le sextuple champion de France peut se trouver face à quatre scénarios dans les semaines à venir.

En raison de la situation actuelle, la Fédération française de football (FFF) a décidé en décembre dernier que pour cette saison, un club bénéficiant "d’un plan de sauvegarde, d’un plan de redressement ou d’un plan de cession homologués par le tribunal compétent" avant la reprise des championnats 2021-2022 "ne sera pas automatiquement rétrogradé dans la division inférieure". La situation la plus dramatique pour les Marine et Blanc serait donc que King Street dépose le bilan.

• Dépôt de bilan avant la fin de la saison

Si le club dépose le bilan avant la fin de saison, cela ne serait pas sans conséquence pour les autres équipes du championnat. Dans ce cas, il faudrait recalculer le classement de la Ligue 1 sans Bordeaux : le club serait rétrogradé en Ligue 2 et tous les points obtenus contre les Girondins seraient annulés. Une club ayant déjà joué et remporté les deux matches contre Bordeaux se verrait ainsi amputé de six points (ce serait notamment le cas pour Lille et Monaco).

• Dépôt de bilan à l'issue de la saison 

Si la procédure en cours avec le Tribunal de commerce débouche sur un dépôt de bilan, le club girondin serait rétrogradé administrativement en Ligue 2 à la fin de la saison. Bordeaux a déjà connu une rétrogradation administrative en deuxième division. C'était à l'issue de la saison 1990-1991 en raison d'un déficit de 45 millions d'euros marquant la fin de l'ère Claude Bez.

• Dépôt de bilan avec repreneur

Dans le cas où le club déposerait le bilan mais qu'un investisseur rachèterait le club en épongeant toutes ses dettes, les Girondins ne seraient pas relégués mais se verraient sanctionnés de quinze points au classement. Actuels 16e du championnat avec seulement huit points d'avance sur le 19e, Nantes, et dix-huit sur la lanterne rouge Dijon, les Bordelais pourraient faire partie des relégables s'ils étaient sanctionnés.

• Reprise du club par un nouvel investisseur

Le meilleur scénario qui soit pour les Bordelais consisterait à trouver un repreneur dans les jours qui viennent pour que le club reprenne son activité normalement. Le maire de Bordeaux, Pierre Hurmic, qui avait réagi au départ de King Street, a affirmé que la ville, "partie prenante pour le choix du futur repreneur des Girondins de Bordeaux", était déjà en contact avec deux candidats.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Ligue 1

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.