Le hooliganisme, un phénomène qui se répète

Avec les affrontements entre Russes et Anglais à Marseille, on s'inquiète de voir de nouveaux débordements de supporters pendant l'Euro.

France 2

À la sortie du Parc des Princes ce dimanche à Paris, supporters croates et turcs se croisent sans problème. Certains fans posent même pour une photo avec des CRS. Mais le match était sujet à risque et plus de 1 000 policiers ont été déployés pour l'occasion.
Trois autres matchs seront également très surveillés : Allemagne-Pologne, Angleterre-Pays de Galles et Ukraine-Pologne. En 2008, les supporters de ces deux pays s'étaient violemment affrontés lors de l'Euro en Autriche, avec des bagarres et des slogans racistes et xénophobes.

Plus difficile à repérer

Quatre ans plus tard, Russes et Polonais s'étaient rendus coup pour coup pendant l'Euro. Rivalité historique ou géopolitique sont souvent les déclencheurs de ces affrontements. "Il y a une poussée identitaire et des mouvances d'extrême-droite dans l'ensemble de l'Europe. Quelle meilleure caisse de résonance que l'Euro de football ? On connaît le hooliganisme de clubs, mais celui des nations est un peu différent, moins répertorié et se glisse parmi les supporters normaux", analyse Pascal Boniface.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un supporter anglais au milieu du gaz lacrymogène, samedi 11 juin 2016 à Marseille (Bouches-du-Rhône).
Un supporter anglais au milieu du gaz lacrymogène, samedi 11 juin 2016 à Marseille (Bouches-du-Rhône). (LEON NEAL / AFP)