Le chroniqueur sportif Pierre Ménès visé par une enquête pour "harcèlement moral" après une plainte d'un ancien collaborateur

Selon l'avocat du plaignant, ce dernier a été entendu par les policiers. Il dénonce des insultes homophobes et racistes à répétition.

Le journaliste sportif Pierre Ménès en marge d\'un match de Ligue 1 entre Monaco et Bordeaux au stade Louis-II (Monaco), le 2 mars 2018.
Le journaliste sportif Pierre Ménès en marge d'un match de Ligue 1 entre Monaco et Bordeaux au stade Louis-II (Monaco), le 2 mars 2018. (VALERY HACHE / AFP)

Le chroniqueur sportif Pierre Ménès, une des stars des émissions sur le football du groupe Canal+, fait l'objet d'une enquête préliminaire ouverte en octobre pour "harcèlement moral" et "injure sexiste non publique", a indiqué le parquet de Nanterre (Hauts-de-Seine) à franceinfo, jeudi 26 décembre, confirmant une information du ParisienCette enquête fait suite à une plainte déposée fin septembre par un ancien collaborateur de Pierre Ménès, le journaliste Emmanuel Trumer.

Joint par franceinfo, l'avocat du plaignant, Didier Seban, confirme cette plainte et affirme qu'Emmanuel Trumer a été entendu par la police. Il explique que son client a subi "des insultes réitérées, homophobes ou pour certaines racistes", pendant l'année où il a travaillé "sous la direction de Pierre Ménès". Les propos de ce dernier avaient "une volonté de dégrader, d'atteindre la personne, qui constitue la définition du harcèlement selon moi", poursuit l'avocat.

L'avocat de Pierre Ménès, maître Arash Derambarsh, interrogé par franceinfo, réfute intégralement ces accusations, émanant d'un jeune homme "frustré, qui cherche à faire du buzz sur le dos des autres". Me Arash Derambarsh explique que lorsqu'il a cessé sa collaboration avec le groupe Canal+, Emmanuel Trumer a envoyé un message à Pierre Ménès "le remerciant par deux fois", "ce qui est en contradiction avec les accusations de harcèlement et d'homophobie". Arash Derambarsh compte poursuivre Emmanuel Trumer devant le tribunal correctionnel "en début de semaine prochaine", en "citation directe, pour harcèlement ou pour diffamation".

"Un harcèlement constant", selon le plaignant

Emmanuel Trumer, qui se décrit sur Twitter comme ayant travaillé pour Canal+ lors de la saison 2017-2018 de football, a fini par quitter la chaîne. "Sa situation était intenable", estime Didier Seban, qui assure que son client est "sorti cassé par un an de maltraitances".

En septembre, après des propos tenus par Pierre Ménès sur CNews au sujet du supposé "racisme anti-blanc" dans le football, Emmanuel Trumer avait une première fois dénoncé sur Twitter des propos tenus par le chroniqueur à son encontre, l'accusant également de faits relevant de l'agression sexuelle sur des femmes journalistes.

Mardi 24 décembre, Emmanuel Trumer a publié un article sur son site personnel, affirmant avoir déposé plainte et dénonçant à nouveau des propos tenus par Pierre Ménès, dont il dénonce le "harcèlement constant, quotidien, violent""le racisme décomplexé", l'"homophobie et [les] comportements très graves envers les femmes".

Dans le même temps, sur Twitter, il a mis en ligne deux captures d'écran de messages contenant à plusieurs reprises des insultes homophobes ou racistes, qu'il attribue à Pierre Ménès. Des captures d'écran dont Didier Seban assure à franceinfo qu'elles sont authentiques, et qu'il en existe "beaucoup d'autres" de la même teneur.

Pierre Ménès va déposer plainte pour diffamation

Dans son article, Emmanuel Trumer explique également qu'il évoque publiquement cette affaire en réaction à ce qu'il décrit comme un "harcèlement" de la part de l'avocat de Pierre Ménès, Arash Derambarsh, "pour obtenir la suppression" des tweets publiés en septembre. Selon Emmanuel Trumer, une plainte pour diffamation avait alors été déposée à son encontre par Pierre Ménès, "plainte évidemment tombée à l'eau". Didier Seban, lui, affirme à franceinfo ne pas avoir connaissance d'une éventuelle plainte pour diffamation visant son client, tout comme le parquet de Nanterre.

Contacté par Le Parisien, Arash Derambarsh affirme de son côté que son client Pierre Ménès avait finalement renoncé à déposer plainte "par égard pour le père de cette personne", qu'il connaît. "Mais là, c'est scandaleux. On va régler cela devant la justice", poursuit-il, annonçant le dépôt d'une plainte la semaine prochaine.

L'enquête pour harcèlement, elle, est toujours en cours. "Les policiers ont dit [à Emmanuel Trumer] qu'ils pensaient envoyer leur rapport en début d'année", assure Didier Seban. Un calendrier que le parquet de Nanterre n'a pas confirmé à franceinfo.