France-Bulgarie : avec le retour du public, un dernier cri du c(h)œur avant le grand départ pour l'Euro 2021

5 000 personnes assisteront au deuxième match de préparation de l’équipe de France mardi soir face à la Bulgarie. Un soutien non-négligeable pour les Bleus avant le départ pour l’Allemagne.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 4 min.
Les Bleus à l'entraînement au stade de France, le 7 juin 2021 (FRANCK FIFE / AFP)

Ces dernières semaines, le stade de France avait délaissé le ballon rond pour se transformer en centre de vaccination géant contre le Covid-19. Hier encore, alors que Didier Deschamps et Hugo Lloris s'apprêtaient à prendre la parole en conférence de presse d'avant-match, plusieurs personnes arpentaient la plaine Saint-Denis à la recherche d'une première dose. Mais mardi 8 juin, pour la rencontre amicale des Bleus face à la Bulgarie, le stade de France va retrouver sa fonction originelle.

5 000 personnes vont assister ce soir au deuxième et dernier match de préparation des Bleus avant le début de l'Euro, face à une équipe de Bulgarie qui ne participera pas à la compétition. Des supporters soigneusement sélectionnés, chanceux d'avoir vu la Fédération française de football obtenir une dérogation pour cette rencontre. Car à la veille de la troisième étape du déconfinement, le couvre-feu de 21 heures et la limite de 1 000 personnes autorisées dans les enceintes en plein air devaient initialement empêcher l'accueil d'autant de fans.

Le gouvernement en a donc décidé autrement, et autorisé aux joueurs de Didier Deschamps de profiter d'un (léger) soutien de la part du public, à distance raisonnable des supporters présents dans le stade. "C'est une très bonne chose même si ça sera en mode réduit. Le vrai football, c'est avec des supporters et des stades pleins. C'est un retour progressif vers la normalité", a assuré Deschamps en conférence de presse d'avant-match lundi.

Des matches en terrain hostile à Munich et Budapest

Samedi dernier, c'est Thomas Lemar qui accueillait cette nouvelle avec enthousiasme : "Ça fait plaisir de retrouver 5 000 personnes. Le fait d'avoir un peu de bruit, d'encouragements, ça fera toujours la différence et ça nous boostera sur le terrain." Les supporters présents apporteront à n'en pas douter un peu de baume au cœur aux joueurs, qui doivent se passer cette année des habituels bains de foule qui précèdent le début d'une compétition.

Un soutien de poids, alors que les Bleus vont très certainement affronter des publics hostiles à Munich et Budapest, lorsqu'ils seront opposés à l'Allemagne puis la Hongrie. À l'Allianz Arena de Munich et à la Puskas Arena de Budapest, 14 000 puis 60 000 personnes seront attendues. Une grande partie devrait être acquise à la cause de leurs joueurs locaux. "Je ne pense pas que l'ambiance hostile peut être déstabilisante. (...) On sera à l'extérieur mais une bonne partie du public sera français et va donner de la voix pour nous encourager", expliquait Lemar samedi.

"On veut que les joueurs se sentent soutenus"

Mais avec les conditions sanitaires, les restrictions d'accès aux différentes villes qui accueillent des matchs et la fête autour de cet Euro grandement impactée par la pandémie, une bonne partie des supporters français ont déjà annulé leur déplacement pour aller soutenir les Bleus. Fabien Bonnel, porte-parole des Irrésistibles Français, en fait partie : "Pour moi, un Euro, ça se vit avec les bars, la fête, la découverte des pays étrangers. Donc j'ai rendu mes billets".

Raison de plus pour soutenir encore davantage les joueurs de Deschamps ce soir au stade de France, à une semaine de leur premier match face à la Nationalmannschaft. Fabien Bonnel sera présent, aux côtés de 300 autres membres de son groupe, et l'objectif est clair. "On va être surmotivés, surtout que c'est un dernier match avant le début de l'Euro. On veut que les joueurs se sentent soutenus et qu'ils voient qu'il y aura du monde derrière eux pendant la compétition", explique Fabien Bonnel.

Les supporters assis face à la Bulgarie ?

"Pour les joueurs, dans ce contexte et cet environnement, c'est une source de motivation et d'adrénaline. Le sport, et le football, c'est partager des émotions", a souligné Deschamps en conférence de presse d'avant-match lundi. Mais pour pouvoir le faire, encore faut-il que les supporters y soient autorisés.

Fabien Bonnel, qui a présenté les conditions du pass sanitaire pour pouvoir assister à la rencontre face à la Bulgarie, s'explique : "On nous a indiqué que les places seraient assises et dans ce cas, il n'y aura pas forcément beaucoup d'ambiance. Mais si c'est possible, on essaiera de faire la fête en bonne intelligence debout. On va avoir beaucoup d'énergie à revendre, et ce serait dommage qu'on nous bride."

Quoiqu'il arrive, les Bleus seront très certainement ravis de jouer devant leurs fans, huit mois après le dernier match disputé par l'équipe de France devant 1 000 spectateurs lors de la rencontre face au Portugal en octobre. "C'est un premier pas important", a en tout cas insisté Didier Deschamps avant de disputer tout l'Euro devant du public. Et en espérant que les supporters français présents à Munich et Budapest parviennent tout de même à faire entendre leur voix.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Kylian Mbappé

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.