Homophobie : le collectif Rouge Direct évoque sa "tristesse" et sa "colère" après le refus de joueurs de football de porter le maillot arc-en-ciel

Un attaquant du FC Nantes (L1) et un défenseur de Guingamp (L2) ont refusé de porter un maillot symbole de la lutte contre l'homophobie dans le football.
Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min
Les joueurs du Paris Saint-Germain pose à côté d'une banderole aux couleurs du drapeau LGBT lors d'une campagne de lutte contre l'homophobie dans le football le 16 mai 2021. (FRANCK FIFE / AFP)

"Cela nous inspire beaucoup de tristesse et beaucoup de colère", déclare dimanche 14 mai sur franceinfo Julien Pontes, porte-parole du collectif contre l'homophobie dans le sport Rouge Direct, après le refus de plusieurs joueurs de football professionnels, en Ligue 1 et en Ligue 2, de porter le maillot arc-en-ciel à l'occasion de la campagne annuelle "Homos ou hétéros, on porte tous le même maillot".

Ce samedi, le défenseur sénégalais de Guingamp Donatien Gomis a préféré déclarer forfait pour le match de Ligue 2 à Sochaux pour ne pas participer à la campagne. Dimanche, c'est l'attaquant égyptien du FC Nantes Mostafa Mohamed qui a refusé de porter le maillot floqué arc-en-ciel. "Cette opération est inefficace", a estimé Julien Pontes, "car elle est menée depuis plusieurs années et ces manifestations d'homophobie n'ont jamais été aussi graves et importantes".

"Changer de méthode et y aller plus franchement"

Le porte-parole de Rouge Direct évoque même une "mode" de ces maillots arc-en-ciel et appelle à "changer de méthode et y aller plus franchement", pointant notamment la responsabilité directe des clubs professionnels et de la Ligue de football professionnelle (LFP). "La LFP reste dans le silence, les clubs sont dans le silence", dénonce Julien Pontes. "Il faut que la LFP et les clubs soient très clairs sur ce que représente le fait de ne pas porter ce maillot. Pourquoi la LFP ne sanctionne pas l'homophobie ?", demande-t-il. "Le foot français est un grand corps malade et l'homophobie est un des principaux foyers d'infection. On soigne cette infection avec des paillettes arc-en-ciel, ce n'est pas sérieux", a-t-il terminé.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.