Euro 2016 : le pays de Galles brise le rêve de la Belgique (3-1) et file en demi-finale

Les Dragons affronteront le Portugal en demi-finale, mercredi à Lyon.

Les Gallois Hal Robson-Kanu et Gareth Bale, le 1er juillet 2016 au stade Pierre-Mauroy de Lille.
Les Gallois Hal Robson-Kanu et Gareth Bale, le 1er juillet 2016 au stade Pierre-Mauroy de Lille. (PETER KNEFFEL / DPA / AFP)

Tout avait pourtant bien commencé pour les Belges. Dans un stade Pierre-Mauroy de Lille chauffé à blanc, vendredi 1er juillet, les Diables rouges avaient ouvert le score dès la 13e minute grâce à une superbe frappe des 25 mètres. Mais la joie fut de courte durée : Ashley Williams (31e), Hal Robson-Kanu (55e) puis Sam Vokes (86e) ont donné la victoire au pays de Galles, en quart de finale de l'Euro 2016

Il s'agit de la plus grosse performance en compétition internationale de l'histoire du football gallois, qui n'avait jamais fait mieux que des quarts de finale au Mondial 1958. Les Dragons affronteront le Portugal en demi-finale, mercredi à Lyon. Comme au Brésil il y a deux ans, les Belges sont éliminés sur un match frustrant au stade des quarts de finale, quittant le terrain plein d'incompréhension devant leurs supporteurs pétrifiés.

La Belgique s'y voyait déjà

Y a-t-il une équipe, à l'Euro 2016, qui possède des joueurs offensifs aussi talentueux que ceus de la Belgique ? Pas sûr. Après la déception de l'élimination en quarts de finale de ces mêmes joueurs au Mondial 2014, ce tournoi devait être celui des Diables Rouges. L'étonnant tableau de la phase finale, qui leur permettait d'éviter la France, l'Espagne, l'Allemagne, l'Angleterre et l'Italie, aurait pu leur garantir une place en finale. Mais sur le terrain, les individualités belges ont peiné contre le collectif gallois, malgré une première demi-heure assez réussie. Assomés par le deuxième but des Dragons, peu après le retour des vestiaires, les Belges n'ont pas trouvé les ressources mentales pour revenir. La déception sera grande, en Belgique, après cette défaite surprise.

Des supporters belges stupéfaits dans les tribunes du stade Pierre Mauroy de Lille, le 1er juillet 2016, après l\'élimination de leur équipe en quarts de finale de l\'Euro contre le pays de Galles (3-1).
Des supporters belges stupéfaits dans les tribunes du stade Pierre Mauroy de Lille, le 1er juillet 2016, après l'élimination de leur équipe en quarts de finale de l'Euro contre le pays de Galles (3-1). (REUTERS)

Le sélectionneur Marc Wilmots a fait les mauvais choix

Samedi matin, son nom devrait être le premier cité par la presse belge pour expliquer cet échec : Marc Wilmots a raté tous ses choix dans ce match. Pas aidé par les blessures et les suspensions, qui l'ont privé de deux défenseurs titulaires, il a fait le choix de les remplacer par les inexpérimentés Jordan Lukaku et Jason Denayer, qui ont pris l'eau. Devant, les Belges ont bien commencé leur match, avec une formation identique à celle du huitième contre la Hongrie (4-0), avant que le sélectionneur choisisse, à la mi-temps, de tout bousculer.

Le sélectionneur de la Belgique, Marc Wilmots, après la défaite de son équipe en quarts de finale de l\'Euro, 3-1 face au pays de Galles, le 1er juillet à Lille.
Le sélectionneur de la Belgique, Marc Wilmots, après la défaite de son équipe en quarts de finale de l'Euro, 3-1 face au pays de Galles, le 1er juillet à Lille. (VIRGINIE LEFOUR / AFP)

Dangereux pour la défense galloise, Yannick Ferreira-Carrasco est sorti. Buteur, Radja Nainggolan a dû changer de poste pour passer milieu offensif, un rôle qui n'est pas le sien. Il a disparu du match. Ce choix a aussi forcé Kevin De Bruyne a passer sur le côté droit, où il a été bien moins bon que dans l'axe depuis le début de l'Euro. Fellaini, entré pour solidifier le milieu, n'a rien apporté et a raté une occasion. Bref, Marc Wilmots s'est planté dans les grandes largeurs. Au premier tour, ses limites tactique avaient déjà été pointées du doigt après la défaite contre l'Italie (2-0) : d'une confiance inébranlable, lui estimait après le match que "la tactique de l'Italie n'était pas si bonne". Ses certitudes ont peut être volé en éclat après cette nouvelle défaite.

Scénario amer pour Aaron Ramsey, l'homme du match

Passeur décisif sur les deux premiers buts gallois, le milieu péroxydé d'Arsenal a été l'homme du match côté gallois. Il a été impliqué, comme passeur ou comme buteur, dans cinq buts à l'Euro 2016: aucun joueur n'a fait mieux. Pourtant, le milieu a peut-être disputé ses dernières minutes dans la compétition : Aaron Ramsey a en effet écopé d'un carton jaune pour une main, son deuxième du tournoi, et sera suspendu pour la demi-finale contre le Portugal.

Le milieu gallois Aaron Ramsey reçoit, le 1er juillet 2016 à Lille, un carton jaune qui le prive de la demi-finale de l\'Euro.
Le milieu gallois Aaron Ramsey reçoit, le 1er juillet 2016 à Lille, un carton jaune qui le prive de la demi-finale de l'Euro. (EMMANUEL DUNAND / AFP)

Il manquera beaucoup à ses coéquipiers, mais ceux-ci ont montré qu'ils avaient aussi du talent. Le capitaine Ashley Williams, qui avait terminé blessé lors du huitième de finale, a tenu sa place et égalisé d'une tête rageuse. Et Gareth Bale, star de l'équipe et encore très bon, s'est effacé derrière ses deux partenaires en attaque, Sam Vokes et Hal Robson-Kanu, tous deux buteurs. Le demi-tour de ce dernier dans la surface sur son but, qui a stupéfait la défense belge, est le geste du match : pas mal pour un joueur actuellement sans club, qui n'a marqué que trois buts cette saison en deuxième division anglaise.