Du premier clash à la démission... L'année mouvementée de Marcelo Bielsa à Marseille

L'Argentin a mis fin à son année passée à l'OM en démissionnant au soir du premier match de la saison, évoquant un désaccord "d'ordre privé" sur les termes du renouvellement de son contrat.

L\'entraîneur Marcelo Bielsa au bord du terrain durant le match entre l\'OM et Guingamp au stade Vélodrome, à Marseille (Bouches-du-Rhône), le 18 janvier 2015.
L'entraîneur Marcelo Bielsa au bord du terrain durant le match entre l'OM et Guingamp au stade Vélodrome, à Marseille (Bouches-du-Rhône), le 18 janvier 2015. (BORIS HORVAT / AFP)

Marcelo Bielsa a ouvert sa légende marseillaise en accusant son président de trahison. L'Argentin y a mis fin, samedi 8 août, en démissionnant au soir du premier match de la saison, évoquant un désaccord "d'ordre privé" sur les termes du renouvellement de son contrat.

Du premier clash à sa démission, retour sur l'année de "El Loco" (le fou) à l'Olympique de Marseille.

Des débuts balbutiants et un premier clash

La nomination de Bielsa est officialisée début mai 2014, pour succéder à José Anigo, et les débuts de cet entraîneur de renom sont donc très attendus. Ils sont balbutiants : l'OM mène 3-1 à Bastia puis se fait rejoindre (3-3), et s'incline pour sa première au Vélodrome (2-0 face à Montpellier).

Le premier orage survient dès le 4 septembre : Bielsa convoque une conférence de presse et éreinte son président, Vincent Labrune. "Je pense qu'il a pris avec moi des engagements qu'il savait qu'il n'allait pas tenir", lance l'entraîneur argentin, plein de colère froide. "Aucun des joueurs venus à l'OM ne l'a été par mon initiative, tempête l'Argentin. J'ai proposé 12 options dont aucune ne s'est concrétisée."

Les deux hommes se verront quelques jours plus tard. Bielsa persiste et signe, Labrune fait profil bas. Et comme, parallèlement, l'OM enchaîne huit victoires en proposant du spectacle, avec un Gignac en feu (dix buts en dix matchs), l'Argentin à la glacière entre dans le cœur des supporters.

Champion d'automne, l'OM cale chez ses principaux concurrents

Sauf que les premières alertes arrivent. Certes, l'OM finit la première moitié du championnat en tête, mais cale chez ses gros concurrents, avec des défaites à Lyon, à Paris et à Monaco. Le club est également éliminé en Coupe de la Ligue dès son entrée en lice.

Marseille est ensuite éliminé en Coupe de France par une équipe de CFA, Grenoble (3-3, 5-4 tab). Thauvin, à la saison médiocre, rate le tir au but décisif, alors que Bielsa venait de le soutenir en déclarant qu'il pouvait "devenir un des meilleurs joueurs de France" et même "du monde".

Le club glisse dans le classement et perd le clasico

Détrôné en janvier, Marseille glisse à la troisième place après trois nuls consécutifs puis une renversante défaite à domicile contre Caen (3-2) alors qu'il menait 2-0. Gignac pique un coup de sang que Bielsa étouffe rapidement. En trois matchs, l'OM parvient finalement à revenir de quatre à deux points du leader.

Le tournant vient du duel PSG-OM au Vélodrome. Les Parisiens prennent la tête du classement en remportant l'un des clasicos les plus intenses de l'histoire de la L1 (3-2). Marseille s'incline ensuite à l'extérieur (1-0 à Bordeaux et à Nantes) et prend l'eau à domicile face à Lorient (5-3), glissant à la 5e place. Thauvin est temporairement écarté du groupe.

Une quatrième place pour finir, une défaite pour commencer

Après ses quatre revers, Marseille signe quatre victoires pour boucler l'année à la 4e place. Il bat enfin un cador, Monaco (2-1), mais c'est ce même club qui finit à la très convoitée troisième place, synonyme de strapontin pour la Ligue des champions. L'OM doit se contenter d'une qualification pour la phase de groupes de l'Europa League.

La saison 2015/2016 ne s'ouvre guère mieux pour Marcelo Bielsa : dès la première rencontre, l'OM s'incline contre Caen (1-0). C'est à l'issue de cette défaite, en pleine conférence d'après-match, que l'Argentin a finalement mis fin à son aventure marseillaise.