Éliminatoires de la Coupe du monde 2022 : pour Karim Benzema, un retour au bercail très attendu

Face à la Finlande mardi soir, Karim Benzema va découvrir le Groupama Stadium. Mais pas le public qui devrait scander son nom pour son retour à Lyon, au cours d’un match où il sera l’élément offensif clé des Bleus.

Article rédigé par
De notre envoyé spécial à Lyon - Denis Menetrier - franceinfo: sport
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Karim Benzema à l'entraînement sur la pelouse du Groupama Stadium, le 6 septembre (FRANCK FIFE / AFP)

Karim Benzema dans le Groupama Stadium, tous les supporters lyonnais en rêvaient. Du songe à la réalité, il n’y a qu’un pas, que va effectuer l’attaquant sur la pelouse du stade de l’Olympique Lyonnais ce mardi 7 septembre face à la Finlande. Petit détail qui a son importance : Benzema portera le maillot de l’équipe de France et pas celui de l’OL. Mais pas de quoi attrister les 58 000 spectateurs qui assisteront à la rencontre dans un Groupama Stadium à guichets fermés.

Pendant l’espace d’une heure et demie, Lyon va retrouver le phénomène qui a débuté sa carrière à l’OL, inscrivant 66 buts et délivrant 26 passes décisives en 148 matchs avec le club rhodanien entre 2005 et 2009. Depuis, Benzema est devenu grand, très grand même, du côté du Real Madrid. Mais l’attaquant de 33 ans n’a pas oublié la ville où tout a commencé pour lui et son atterrissage à l’aéroport de Bron à la mi-journée lundi, proche du quartier où il a grandi, a dû lui faire un petit quelque chose.

À Téléfoot en fin de semaine dernière, Benzema se confiait ainsi : "Ce sera très spécial. Je n’ai pas encore joué dans le nouveau stade (inauguré en janvier 2016), et rentrer dans ma ville, là où tout a commencé pour moi… Ça va être spécial." Depuis son départ au Real en 2009, Benzema était bien revenu à Lyon pour affronter l’OL : trois saisons d’affilée en Ligue des champions en 2009-2010, 2010-2011 et 2011-2012, et lors d’un match amical à l’été 2013. Mais à chaque fois dans le stade Gerland.

Un enfant de Lyon

Cette fois, ce retour se fera dans le Groupama Stadium et devant un public à n’en pas douter totalement acquis à sa cause. Signe de sa popularité à Lyon, cette réflexion d’une employée de la boutique officielle de l’Olympique Lyonnais, proche de la place Bellecour : "Des flocages de Benzema, on nous en demande très souvent." Mais faute d’avoir les droits pour inscrire le nom du joueur du Real à l’arrière des maillots de l'OL, les Lyonnais se tournent vers celui de KB(1)9 chez les Bleus.

Au sein du groupe de l’équipe de France, tout le monde a en tout cas compris l’importance de cette rencontre pour Benzema. "C’est un moment particulier sur le plan émotionnel pour lui, soulignait Didier Deschamps en conférence de presse lundi. Il a passé beaucoup d’années à Lyon, il est attaché à cette ville, à ce club. Bien évidemment, c’est un match spécial pour lui." "Karim fait son retour à Lyon donc ce serait bien que le match se passe de la meilleure des manières", expliquait de son côté le capitaine Hugo Lloris.

Karim Benzema lors de son premier match de Ligue des champions, face à Rosenborg en décembre 2005 (MARTIN BUREAU / AFP)

Jean-Michel Aulas, le président de l’Olympique Lyonnais, s’était également fendu d’un message dithyrambique à propos du retour de l’enfant prodige, lors de la présentation de Jérôme Boateng le 1er septembre dernier : "Karim, c’est le passé et l’avenir. C’est une grande fierté de l’accueillir dans le Groupama. (…) Il fait un parcours exceptionnel au Real et en équipe de France. Donc c’est une grande joie parce que c’est un enfant de l’OL."

Appelé à faire la différence

Mais au-delà de la symbolique et de l’envie de bien faire devant le public lyonnais, Benzema aura surtout en tête d’offrir un succès à l’équipe de France, qui reste sur cinq matchs nuls consécutifs. Face à la Finlande ce mardi, l’attaquant du Real sera l’élément offensif le plus attendu, par le public lyonnais mais également par les téléspectateurs.

Après un Euro réussi avec quatre buts pour son retour chez les Bleus, Benzema est resté muet lors des deux derniers matchs. Discret face à la Bosnie mercredi dernier (1-1), il était proche d'offrir une passe décisive synonyme de victoire face à l’Ukraine samedi soir (1-1) mais Moussa Diaby touchait le poteau. Remplaçant au coup d’envoi à Kiev, Benzema souhaitait se préserver pour être à 100% face à la Finlande chez lui à Lyon.

En l’absence de Kylian Mbappé, Benzema aura l’occasion de prendre le jeu à son compte ce mardi soir tout en démontrant qu’il peut former un duo performant avec Griezmann, qui rayonne beaucoup moins sur le jeu des Bleus depuis plusieurs mois. Il en va de la santé de l’équipe de France. Et de la réussite de cette soirée lyonnaise, devant les 58 000 personnes présentes au Groupama Stadium.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Didier Deschamps

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.