Coupe du monde : les joueurs peuvent-ils se doper avec du café ?

La caféine permettrait, selon certaines études, d'améliorer les performances physiques, notamment en fin de match. Pourtant, elle n'apparaît plus dans la liste des produits dopants depuis dix ans.

Le joueur anglais David James boit du café avant la rencontre de Coupe du monde contre les Etats-Unis, le 12 juin 2010 à Rustenburg (Afrique du Sud).
Le joueur anglais David James boit du café avant la rencontre de Coupe du monde contre les Etats-Unis, le 12 juin 2010 à Rustenburg (Afrique du Sud). (PAUL ELLIS / AFP)

Au Brésil, c'est la saison de la récolte du café. Une période vitale pour des millions d'exploitants, qui fournissent, à eux seuls, un tiers de la production mondiale. Une spécialité dont les footballeurs voudront peut-être profiter lors de cette Coupe du monde. Après tout, depuis 2004, la caféine ne figure plus sur la liste des produits dopants établie par l'Agence mondiale antidopage. Une bonne raison de vider la cafetière avant d'entrer sur le terrain ? Pas si sûr.

Aucun impact sur la force musculaire

A en croire certaines études, la caféine aurait un pouvoir ergogène. Traduction : boire une quantité importante de café ou de boisson énergisante permettrait d'améliorer le travail musculaire lors de l'effort. En avril, l'association américaine des entraîneurs de football s'est penchée sur la question (en anglais). Dans "notre recherche, nous avons constaté que l'ingestion de caféine par les humains (~ 300 mg) n'a pratiquement pas d'influence sur la force ou la puissance musculaire", corrige pourtant l'association.

Quid alors de la résistance à l'effort ? L'association cite des études où une dose modérée est administrée une heure avant la partie. "La performance physique peut être améliorée, en particulier à la fin des matchs." Un joueur pourrait ainsi tirer bénéfice d'une dose de 3 à 4 mg de caféine, soit deux tasses de café (environ 23 cl) pour un footballeur de 70 kg. En revanche, une plus forte dose n'aurait aucun effet bénéfique.

"C'est nuisible d'un point de vue cardiaque"

Frédéric Maton est médecin et membre de l'Institut de recherche du bien-être de la médecine et du sport santé (IRBMS). Contacté par francetv info, il dénonce les enquêtes qui vantent les éventuels bienfaits de la caféine. "C'est un excitant. Et comme toutes les molécules excitantes, certaines études estiment que cela augmente les performances." Un brin agacé, le chercheur appelle toutefois les sportifs à la raison. "On lit parfois que cela permet de perdre du poids, ce qui est faux, puisque la caféine ne permet pas d'oxyder les graisses." 

Auteur de la plus grande recherche sur la question menée en France, il explique que la prise de caféine est contre-productive. "Elle augmente la fréquence cardiaque. Comme toutes les molécules excitantes, elle peut entretenir une hypertension, tranche Frédéric Maton. Non seulement ça ne sert à rien de boire quelques tasses, mais en plus, c'est nuisible d'un point de vue cardiaque." D'ailleurs, "l'Association française de nutrition du sport – une société savante – a émis une contre-indication aux boissons énergisantes. Avant, pendant et après l'effort", conclut le chercheur.

Les effets indésirables sont nombreux, à commencer par une plus grande anxiété et nervosité. La caféine augmente la pression sanguine et diminue la capacité d'attention. Enfin, ses pouvoirs diurétiques peuvent donner envie d'uriner. Quand les caméras du monde entier sont braquées sur vous, c'est toujours un peu embêtant.