Cet article date de plus d'un an.

Coupe de France : des tensions attendues pendant la finale entre Nantes et Toulouse

Publié
Durée de la vidéo : 1 min
Coupe de France : des tensions attendues pendant la finale entre Nantes et Toulouse
Coupe de France : des tensions attendues pendant la finale entre Nantes et Toulouse Coupe de France : des tensions attendues pendant la finale entre Nantes et Toulouse (franceinfo)
Article rédigé par franceinfo - M. Fourrier
France Télévisions
franceinfo
Alors que la finale de la coupe de France a lieu samedi 29 avril, la CGT a annoncé que des contestations auraient lieu au stade de France (Saint-Denis, Seine-Saint-Denis). Emmanuel Macron, qui sera bien présent, ne descendra pas sur la pelouse comme le veut la tradition.

La finale de la coupe de France prend une tournure politique. Emmanuel Macron devrait rester en tribune. Le trophée, lui, ne sera pas remis sur la pelouse cette année. Décision prise par la préfecture de Police de Paris. La CGT avait promis au chef de l'État un accueil houleux. 30 000 cartons rouges et 10 000 sifflets seront distribués aux supporters pour protester contre le report de l'âge de la retraite. Le préfet Laurent Nuñez annonce également que le rassemblement prévu par le syndicat aux abords du stade de France est interdit. "C’est scandaleux d'interdire des distributions de tracts. (…) J'appelle tout simplement tous les spectateurs du match à arriver avec leurs sifflets et leurs cartons rouges", explique Sophie Binet, secrétaire générale de la CGT.

Une coupure en plein match

Alors, sur place, la situation pourrait se tendre. 3 000 policiers et gendarmes seront mobilisés pour assurer le maintien de l'ordre. Un peu partout sur le territoire, la CGT maintient la pression, comme lors de la rencontre entre Agen et Nevers, jeudi 27 avril, lorsque le stade a été plongé dans le noir. À Rennes (Ille-et-Vilaine) ou encore à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), des manifestations ont lieu. En Île-de-France, une quinzaine de mairies qui soutiennent la réforme des retraites ont été privées d'électricité. À 48 heures du 1er-Mai, date à laquelle des rassemblements d'ampleur sont attendus, les esprits s'échauffent entre la CGT et le gouvernement.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.