Ce qu'il faut retenir de la nouvelle journée de scandale à la Fifa

Réunion de crise, coup de pression de Michel Platini, riposte de Sepp Blatter... A la veille du vote pour l'élection présidentielle de l'organisation, rien ne va plus à la Fifa.

Le président de la Fifa Sepp Blatter, le 28 mai 2015, lors de la cérémonie d\'ouverture du congrès de la Fifa, à Zurich en Suisse.
Le président de la Fifa Sepp Blatter, le 28 mai 2015, lors de la cérémonie d'ouverture du congrès de la Fifa, à Zurich en Suisse. (FABRICE COFFRINI / AFP)

Le 65e congrès de la Fifa s'est ouvert, jeudi 28 mai, au siège de l'instance dirigeante du football mondial à Zurich (Suisse) sur fond de scandale. A veille de l'élection présidentielle de l'organisation, Joseph "Sepp" Blatter, qui brigue un cinquième mandat, est au centre d'une énorme tempête internationale, un gigantesque scandale de corruption. Francetv info résume les nouveaux événements de la journée de jeudi.

"Sepp" Blatter tente de se défendre

Dans l'œil du cyclone, "Sepp" Blatter a développé sa ligne de défense. Dans son discours d'ouverture du congrès, le président sortant a plaidé la bonne foi, arguant qu'il ne pouvait "pas surveiller tout le monde". L'arrestation de plusieurs responsables soupçonnés de corruption "jettent la honte et l'humiliation" sur le football, a-t-il ajouté.

"Les prochains mois ne seront pas faciles pour la Fifa. Je suis sûr que d'autres mauvaises nouvelles sont à venir. Mais il est important de restaurer la confiance", a-t-il également prévenu.

Michel Platini monte au front contre Blatter

Michel Platini, président de l'UEFA, "dépité, écœuré" par le scandale qui ébranle la Fifa, a demandé en personne à Joseph Blatter de démissionner. Devant son refus, il a appelé jeudi après-midi les fédérations à voter en masse pour son challenger, le prince jordanien Ali bin Al-Hussein.

"Moi qui aime la Fifa, moi qui ait une grande admiration de la Fifa, moi qui suis cela depuis quelques années, je suis dépité, je suis écœuré et j'en ai marre, enough is enough, trop c'est trop", a lancé Michel Platini devant les journalistes, en début de conférence.

Une réunion de crise en urgence

Blatter a réuni dès jeudi matin les représentants des six fédérations continentales pour examiner les suites à donner au scandale. Les réunions du Comité d'urgence de la Fifa sont rares et celle-ci était d'autant plus exceptionnelle que deux de ses membres manquaient à l'appel, ayant été arrêtés la veille. Rien n'a filtré.

A la veille du vote pour la présidence, chacun fait désormais ses comptes. Malgré l'appel de Michel Platini à voter contre lui, Sepp Blatter garde des soutiens notamment en Afrique. La Confédération africaine de football (Caf) a réitéré son soutien au président en exercice, dès mercredi. Seul bémol, elle laisse ses membres libres de leur vote.