Copa America 2021 : le Brésil bat facilement le Venezuela et lance sa "Copa Corona"

En battant le Venezuela trois buts à zéro dimanche, le Brésil a lancé une Copa America marquée par le Covid.

Article rédigé par
Pauline Guillou - franceinfo: sport
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Les sélections du Venezuela et du Brésil, avant le coup d'envoi du match d'ouverture de la Copa América, le 13 juin 2021 à Brasilia. (NELSON ALMEIDA / AFP)

En battant facilement le Venezuela (3-0) en match d'ouverture, la Seleçao a lancé sa Copa America, dimanche 13 juin, dans un stade Mané Garrincha (Brasilia) complètement vide. Deux Parisiens ont marqué dans cette rencontre contre une sélection vénézuelienne timide et décimée par des cas de Covid dans ses rangs. Le premier but de la compétition est signé Marquinhos, servi par un corner de son coéquipier au Paris Saint-Germain, Neymar, à la 22e minute de jeu. L'attaquant ne s'arrête pas là, bien décidé à rattraper son retard et excuser ses absences dans la sélection Brésilienne et ouvre son compteur à la 62e minute sur penalty avant d'adresser une passe décisive pour clôre le match en servant Barbosa à la 88e minute pour le 3-0.

La Copa coûte que coûte

Difficile de croire au slogan "Vibra o continente" (faire vibrer le continent) affiché par la Confédération sud américaine de football (Conmebol), en entendant les cris des joueurs résonner dans un stade tristement vide. Alors que l'Amérique du Sud fait partie des territoires les plus touchés par la pandémie de Covid-19, tout portait à croire que la compétition serait reportée. Avec une série de vents contraires pour ce mois de football, la compétition a bien failli ne jamais voir le jour. A commencer par le retrait des deux pays organisateurs, l'Argentine et la Colombie. Le gouvernement argentin, ne parvenant pas à réduire les courbes de contaminations au Covid-19, s'était retiré de l'organisation du tournoi. La Colombie subissait, elle, une grave fronde politique menant à des émeutes. Tenant à sa "Copa Corona", la Conmebol a fini par accepter la main tendue du Brésil de Jair Bolsonaro pour l'organisation de cette compétition. Un geste jugé politique puisque le Brésil frôle les 500 000 morts du Covid, et ne parvient pas à endiguer la pandémie.

Alors que chaque pays participant à la compétition affiche des courbes de décès et de contaminations alarmantes, les joueurs n'ont pas non plus été épargnés. Colombie, Venezuela et Bolivie comptent des cas positifs dans leurs sélections. Onze membres du côté du Venezuela dont huit joueurs, trois joueurs boliviens et deux membres du staff colombien ont également été testés positifs. Le mois dernier c'est la Copa Libertadores (équivalent de la Ligue des champions) qui avait également été compromise par les contaminations

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Copa America

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.