Chelsea : cinq choses à savoir sur les nouveaux propriétaires des Blues

Trois hommes et un fonds d'investissement californien sont derrière le rachat du club anglais pour environ 5 milliards d'euros, un record.

Article rédigé par
Publié
Temps de lecture : 4 min.
De gauche à droite : Todd Boehly, Hansjörg Wiss et Mark Walter, les trois nouveaux propriétaires Chelsea. (AFP / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / MAXPPP)

Affaire conclue. Un triumvirat de milliardaires, adossé à un puissant fonds d'investissement, va prendre la suite de Roman Abramovitch à la tête de Chelsea. Validé par les instances de la Premier League et le gouvernement britannique, ce rachat conclut un long processus d’enchères.

Chelsea opérait sous une licence spéciale depuis le déclenchement des sanctions contre Abramovitch dont les avoirs ont été gelés à la suite de l'invasion de l'Ukraine par la Russie. Un accord a été signé vendredi 6 mai, préfigurant l'achat pour 4,97 milliards d'euros, la somme la plus importante jamais dépensée pour un club sportif. Voici ce qu'il faut savoir sur les nouveaux propriétaires du double vainqueur de la Ligue des champions.

Todd Boehly, l'entreprenant

L'Américain, dont la fortune est estimée par le magazine Forbes à 4,5 milliards de dollars (637e fortune mondiale en 2022), devrait être la figure publique du consortium, bien que la plus grande participation dans Chelsea soit détenue par la société américaine de capital-investissement Clearlake Capital. Impliqué dans le sport professionnel aux Etats-Unis, Todd Boehly, 48 ans, détient des actions chez l'équipe de baseball des Los Angeles Dodgers depuis 2013. Côté basket, il est entré en 2021 au capital des Lakers de Los Angeles, et détient des parts dans la franchise de Women NBA des Los Angeles Sparks.

L'homme d'affaires américain Todd Boehly, le 19 octobre 2021, à Beverly Hills, en Californie. (PATRICK T. FALLON / AFP)

Il a fondé l'entreprise Eldridge Industries, qui a investi dans les banques, les assurances, l'immobilier, la technologie, les médias, le sport ou encore la restauration. Il possède des actifs dans le Cirque du Soleil, mais aussi les droits musicaux de Bruce Springsteen et le magazine Billboard.

En 2019, Todd Boehly avait déjà essayé de racheter Chelsea, sans succès. La même année, l'homme d'affaires avait également envisagé le rachat de Tottenham. Trois ans après, il tient sa revanche.

Mark Walter, l'expérimenté

Déjà associé à Todd Boehly dans le rachat des Dodgers, le milliardaire de 61 ans est le grand patron de Guggenheim Partners, un fonds d'investissement aux actifs estimés à 325 milliards de dollars. A la suite du rachat de la franchise de baseball pour plus de 2 milliards de dollars, Mark Walter apparaît en huitième place du palmarès des "50 personnes les plus influentes dans le monde du sport" selon le magazine Sports Business (article en anglais).

L'homme d'affaires américain Mark Walter lors d'un match des Dodgers, dont il est copropriétaire, le 23 septembre 2016, à Los Angeles, en Californie. (LISA BLUMENFELD / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP)

Todd Boehly et Mark Walter peuvent se prévaloir de leurs succès sportifs et commerciaux à la tête des Los Angeles Dodgers, dont le stade, le plus grand de la ligue de baseball, surplombe la ville. Un atout important alors que la modernisation de Stamford Bridge doit absorber une bonne partie des 2 milliards de dollars d'investissement promis par les nouveaux propriétaires. Avec une capacité réduite de 42 000 places, le stade de Chelsea figure seulement en neuvième position en Premier League.

Hansjörg Wyss, le novice suisse

C'est peut-être la figure la plus discrète de ce trio. Milliardaire, diplômé de Harvard, fondateur de Synthes, un fabricant de matériel médical, Hansjörg Wyss n'était, jusqu'à présent, pas impliqué dans le sport professionnel. Son appui est pourtant précieux au sein du groupe d'investisseurs.

Le milliardaire suisse Hansjörg Wyss, le 22 mai 2015, à Genève. (LAURENT GILLIERON / KEYSTONE / MAXPPP)

A 86 ans, sa fortune est estimée par Forbes à 5 milliards de dollars (552e fortune mondiale). Présenté comme "le Suisse le plus influent du monde" par le journal suisse Blick, Hansjörg Wyss n'est pas un fan invétéré de football, lui préférant le ski alpin. 

Clearlake Capital, le mastodonte américain

Cette société de capital-investissement gère plus de 72 milliards de dollars d'actifs, selon le quotidien britannique The Daily Telegraph (article en anglais). Avec une participation majoritaire de 60% dans le club londonien, elle devrait ainsi jouer un rôle majeur dans ses opérations.

Jose Feliciano, cofondateur de la société de capital Clearlake, en octobre 2019 à Los Angeles. (GREG DOHERTY / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP)

Fondée en 2006 par des anciens négociateurs de Wall Street, Jose Feliciano et Behdad Eghbali, la société réalise avec Chelsea sa première incursion dans l'investissement sportif, après s'être fait un nom en achetant des produits industriels et des sociétés de logiciels. Eghbali, le cofondateur de Clearlake, serait un grand fan de football, selon The Daily Telegraph.

Le football anglais, un eldorado pour les investisseurs américains

La participation d'hommes d'affaires et la présence de fonds d'investissement au capital des clubs de football britanniques n'a rien de nouveau. En 2019, Silver Lake a injecté quelque 585 millions d'euros dans Manchester City. Les partenaires de RedBird Capital ont quant à eux acheté l'an dernier une participation de 624 millions d'euros dans Fenway Sports Group, qui possède Liverpool.

Au-delà du prestige et de la publicité associés, une partie de l'attrait de ces investisseurs américains réside dans l'absence de restrictions à l'investissement dans les clubs sportifs britanniques. Aux États-Unis, les sociétés de capital-investissement sont contraintes à ne détenir que 20% du capital d'un seul club de la NBA, de la ligue de baseball ou de football américain, rappelle The Daily Telegraph. Reste à connaître la rentabilité de tels efforts.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Chelsea

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.