Le Bayern remporte un "Klassiker" explosif, Manchester City nouveau leader de Premier League, Xavi chute... Ce qu'il ne fallait pas manquer du football européen

Changement de leader en Premier League, un classique allemand fou et des cadors espagnols aux fortunes diverses, le week-end a été riche en enseignements de part et d'autre du Vieux continent.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 5 min.
Xavi, Bernardo Silva et Robert Lewandowski ont connu des fortunes diverses ce week-end. (AFP)

Le Bayern Munich a conforté sa place de leader de Bundesliga en remportant son septième "Klassiker" de suite face au Borussia Dortmund (3-2), dans une rencontre marquée par plusieurs décisions arbitrales contestables. En Angleterre, Manchester City a récupéré le fauteuil de leader de Premier League à Chelsea alors qu’en Liga, Xavi a connu sa première défaite avec son Barça. Voici ce qu’il ne fallait pas rater du foot européen ce samedi 4 décembre.

La Serie A a un nouveau leader

Naples a fini par craquer. Leader de Serie A depuis la 4e journée, le Napoli s'est incliné, samedi soir, au terme d'un grand match sur sa pelouse face à l'Atalanta Bergame (2-3). Impérial depuis le début de la saison, les Napolitains n'ont pas perdu une, mais bien deux places lors de cette 16e journée de championnat. Les grands vainqueurs du week-end ? Les deux clubs de Milan.

Le nouveau leader de Serie A se nomme l'AC Milan, vainqueur facile de Salernitana (2-0), tandis que le nouveau dauphin est l'Inter Milan, qui a écrasé l'AS Roma dans l'autre choc du week-end (3-0). Au classement, la lutte pour le titre est plus que jamais serrée, puisque l'AC Milan (1er), l'Inter (2e), Naples (3e) et l'Atalanta (4e) se tiennent en quatre points. Club le plus titré dans l'histoire de la Serie A, la Juventus, désormais 5e, s'est imposée face au Genoa (2-0).

Simone Inzaghi, entraîneur de l'Inter, célèbre la victoire de son équipe sur la pelouse de la Roma, le 4 décembre au Stadio Olimpico (GIUSEPPE MAFFIA / NURPHOTO)

Manchester City retrouve son trône

Dans l'après-midi, le revers surprise du leader Chelsea à West Ham n'est pas passé inaperçu. D'abord du côté de Liverpool, leader pendant deux heures après sa victoire à l'arrachée à Wolverhampton (1-0) grâce à un but dans le money time de l'ancien Lillois Divock Origi (90e+4). Mais surtout à Manchester City, nouveau patron de la Premier League.

Les hommes de Pep Guardiola ne se sont pas fait prier pour chiper la première place du championnat anglais à leurs deux rivaux. Avec un doublé de Bernardo Silva et une réalisation de Raheem Sterling, les Citizens ont affirmé leur nette supériorité face à une équipe de Watford (3-1) dépassée et jamais en mesure de rivaliser avec les Mancuniens. Le suspense est total en Premier league à l'approche du Boxing Day.

Le maître à jouer de Manchester City, Bernardo Silva, double buteur contre Watford, ici entouré de Raheem Sterling et Jack Grealish, samedi 4 décembre 2021. (BEN STANSALL / AFP)

Le "Klassiker" pour le Bayern, Haaland crie au "scandale" !

De la passion, du drame et des buts. Le match le plus prestigieux du football allemand a, comme toujours, tenu toutes ses promesses. Avec un nouveau doublé de Robert Lewandowski, le "Rekordmeister" a remporté samedi à Dortmund le "Klassiker" pour la septième fois consécutive (3-2), pour reprendre quatre points d'avance en tête de la Bundesliga après 14 journées. Surtout, l'après-match a été marqué par un vif débat sur l'arbitrage, M. Félix Zwayer n'ayant pas sifflé en première période une intervention litigieuse de Lucas Hernandez sur Marco Reus dans la surface qui aurait pu valoir un penalty pour Dortmund.

Il a ensuite sifflé une main de Mats Hummels dans la surface, qui a offert le but de la victoire à Munich (3-2, 77e) sur un penalty du buteur polonais. "Un scandale" pour Erling Haaland. De son côté, Jude Bellingham, l'ailier du Borussia, a fustigé un arbitre "déjà coupable de corruption par le passé". "J'aurais aimé que ce match se décide autrement", a regretté le coach du Borussia, Marco Rose, exclu avant le coup de sifflet final. "Cette saison je me suis toujours bien contrôlé, mais dans ce match très important, au vu des décisions d'arbitrage non justifiées, j'ai craqué", a-t-il admis.

Le Barça de Xavi à la peine, le Real s'envole

En Liga, les deux grands rivaux espagnols vivent des saisons bien différentes. D'un côté, le Barça, enfoncé dans une crise financière et sportive importante, peine à relever la barre. Pour preuve, l'enfant du peuple catalan, Xavi, arrivé début novembre sur le banc du FCB, a concédé sa première défaite, qui plus est à domicile, contre le Betis Séville (0-1). Seule l'entrée, à l'heure de jeu, d'Ousmane Dembélé, ovationné par un Camp Nou de plus en plus orphelin de spectacle, n'était pas loin de réveiller le club catalan. En vain.

Plus au centre du royaume espagnol, le Real Madrid vit des heures bien plus joyeuses. Les Merengues, s'ils ont par ailleurs perdu sur blessure Karim Benzema, apparemment touché aux ischios-jambiers, se sont imposés avec autorité sur la pelouse de la solide Real Sociedad, 3e de Liga avant cette troisième défaite de la saison. Encore une fois, le salut est venu de Vinicius Junior (47e), auteur de sa 10e réalisation en championnat, avant que Luka Jovic, entré à la place de Benzema (16e), inscrive son premier but en Liga depuis le 9 février 2020. Avec ce 8e succès consécutif, le Real prend huit points d'avance sur son dauphin, le FC Séville.

Patrik Schick, un quadruplé en 27 minutes

Découvert par le grand public à l'occasion de l'Euro l'été dernier (5 buts au compteur avec la République tchèque), Patrik Schick est loin d'être un inconnu en Allemagne. Deuxième meilleur buteur de Bundesliga derrière le légendaire Robert Lewandowski avec 12 réalisations en 11 matchs, l'avant-centre du Bayer Leverkusen a inscrit un quadruplé express samedi après-midi. En 27 petites minutes, il a trouvé le chemin des filets à quatre reprises contre la lanterne rouge du championnat allemand, Fürth, étrillé 7-1. Le tube de l'été joue décidément les prolongations.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Bundesliga

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.