Dakar 2022 : Sébastien Loeb perd près de trente minutes sur le leader, Carlos Sainz et les Audi se rebiffent sur la 3e étape

La troisième étape en auto est revenue mardi à l'Espagnol Carlos Sainz, vainqueur de sa quarantième étape sur le Dakar, la première pour Audi en 2022. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Sébastien Loeb et son coéquipier Fabian Lurquin (Bahrain Raid Xtreme) à bord de leur BRX Prodrive lors de la 2e étape du Dakar 2022 à Al Artawiyah, le 2 janvier 2022. (JULIEN DELFOSSE / DPPI via AFP)

Les jours se suivent, mais ne se ressemblent pas sur le Dakar. Vainqueur lundi de la 2e étape, Sébastien Loeb n'a pas connu la même réussite, mardi 4 janvier. Le nonuple champion du monde des rallyes termine loin derrière le vainqueur du jour, Carlos Sainz, de retour aux sommets. L'Espagnol signe sa 40e victoire d'étape sur le Dakar, sur les pistes autour d'Al Qaisumah. C'est aussi la première victoire d'Audi depuis son retour dans l'épreuve, et la toute première pour la nouvelle catégorie T1-Ultimate, destinée à être l'avenir du rallye-raid.

L'autre gros coup du jour est pour Nasser Al-Attiyah, qui reprend plus de 28 minutes à Loeb et conforte sa place de leader du classement général. Le pilote qatari (Toyota Gazoo Racing) n'a pas eu à forcer son talent mardi, préférant assurer et laisser le reste de la meute ouvrir la voie. Ce que les Audi se sont empressées de faire.

Première victoire pour la nouvelle génération du Dakar auto

Désintéressées par la quête du général depuis la première étape cauchemardesque qui avait vu Sainz et son co-pilote Lucas Cruz perdre près de deux heures, et Stéphane Peterhansel être mis hors course – bien qu'autorisé à prendre le départ des étapes suivantes -, la firme allemande a retrouvé des couleurs. Sur les 255 kilomètres de spéciale du jour, sans véritable piège et assez roulants, les buggys RS Q e-tron ont fait parler leur puissance. Carlos Sainz en a profité pour garnir un peu plus son armoire à trophées avec une quarantième étape sur le Dakar, à trois longueurs d'Al-Attiyah dans les annales de la course.

Peterhansel aussi a pu retrouver un sentiment de déjà-vu, en faisant la course à l'avant toute la journée. Le pilote aux 14 sacres signe son premier podium avec sa nouvelle équipe, après sa quatrième place de la veille. Seul le Sud-Africain Henk Lategan (Toyota Gazzo Racing) est parvenu à s'intercaler entre les deux Audi, échouant à seulement 38 secondes de Carlos Sainz.

Nouvelles galères pour Loeb

Derrière, loin derrière, Sébastien Loeb n'a pas pu se battre à armes égales. Comme lors de la première étape, l'Alsacien a joué de malchance, en subissant deux crevaisons sur le parcours. Pour couronner le tout, Loeb et son co-pilote Fabian Lurquin ont dû composer avec la casse de leur transmission dès le début de l'étape. C'est donc seulement avec deux roues motrices que leur buggy ProDrive a dû affronter le désert de sable au programme aujourd'hui. "On s’est fait toute la spéciale en traction. Pour passer les dunes, faut pas se rater ! C’était compliqué, ce n’est pas hier que je méritais la médaille, c’est aujourd’hui. On a fait ce qu’on a pu."

Arrivé avec 33 minutes de retard sur Carlos Sainz, Sébastien Loeb pointe désormais à 37 minutes 40 de Nasser Al Attiyah, confortable leader avant la tant redoutée quatrième étape de mercredi, la plus longue en kilomètres de spéciale (465 km). Le duo argentino-espagnol Lucio Alvarez – Armand Monleon (Overdrive Toyota) reste troisième du général, grâce à la pénalité finalement infligée par la direction de course à Giniel De Villiers (Toyota Gazzo Racing) pour l'accident qu'il a provoqué lors de la première étape en renversant le motard chilien Cesar Zumaran.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Sébastien Loeb

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.