Dakar 2022 : Stéphane Peterhansel hors course mais autorisé à poursuivre l'épreuve

Accidenté lors de la première étape du Dakar dimanche, Stéphane Peterhansel (Audi) a pu rejoindre le bivouac grâce à l'assistance. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Stéphane Peterhansel lors de la 1re étape du Dakar 2022 le 2 janvier 2022, vers Hail en Arabie Saoudite. Le pilote Audi a été contraint de mettre fin à ses espoirs de victoire après un accident qui a arraché sa roue arrière gauche (à droite sur la photo). (FRANCK FIFE / AFP)

La course est officiellement terminée pour Stéphane Peterhansel, mais pas son Dakar. Le pilote français, tenant du titre chez les autos et vainqueur à 14 reprises de l'épreuve, a été mis officiellement hors course à la suite de son accident survenu dimanche et qui a occasionné de sérieux dégâts à son buggy Audi, qui faisait ses débuts dans l'épreuve. Si "Monsieur Dakar" a pu rejoindre le bivouac en fin de journée dimanche, ses importantes pénalités le disqualifient pour la victoire finale. Mais Peterhansel, et son copilote Edouard Boulanger, ont été autorisés à poursuivre l'aventure hors classement.

Les deux hommes ont été classés 62e de l'étape dimanche, assortis d'une pénalité de 16 heures. Arrivés hors-délais, grâce à l'aide de l'assistance, ils ne peuvent donc plus prétendre aux lauriers. Mais un point du règlement du W2RC, les codes du rallye raid édictés par la Fédération internationale de l'automobile, permet à l'équipage tricolore de rester dans la course "au jour le jour". En clair, Peterhansel va pouvoir prendre le départ des étapes, comme il a pu le faire lundi et servir d'équipier de luxe, au besoin.

"On est hors course maintenant mais on a un joker et on a le droit de repartir", a déclaré le Français à son arrivée au bivouac dimanche. "Le seul but, c'est d'aider les voitures de l'équipe, éventuellement gagner des spéciales, mais on sait qu'on ne sera pas classé." Peterhansel va donc pouvoir jouer des coups et prêter main forte à ses coéquipiers du Team Audi Sport, Carlos Sainz et Mattias Ekstrom, eux aussi déjà bien distancés (respectivement 2h22 et 1h45 de retard), la faute notamment à une grosse galère de navigation pour l'expérimenté Espagnol.

Un cador en reconnaissance

Stéphane Peterhansel, 56 ans, abordait ce Dakar 2022 dans une posture inhabituelle, avec une nouvelle voiture à motorisation hybride, un nouveau constructeur et pas mal d'inconnues face à lui. Son accident au kilomètre 153 dimanche, qui a arraché le train arrière gauche de son Audi, a terminé d'ensabler toute ambition sportive lors de cette édition. "C'est une grosse déception mais ça fait partie du sport mécanique, je pensais qu'on allait être arrêté par des problèmes de moteur électrique mais pas par le châssis", a-t-il assuré dimanche soir.

Selon l'organisation du Dakar, reprenant des propos de Peterhansel, la cause de cette casse serait "une pierre soulevée lors d’une compression qui serait venue se bloquer entre le châssis et la roue, provoquant la rupture de son support au moment de la réception." De quoi écarter la suspicion d'un défaut mécanique du bizuth allemand, soulevée par le pilote lui-même, dimanche, au micro de France 4.

Peterhansel et Boulanger vont désormais terminer le rallye pour emmagasiner un peu plus d'expérience avec leur nouveau bolide, qu'Audi espère être l'avenir de la compétition. "Il faut qu'on prenne de l'expérience, qu'on fasse des kilomètres pour découvrir tous les problèmes de cette voiture et être plus performants l'année prochaine", a conclu Peterhansel. Tout n'est d'ailleurs peut-être pas à jeter : avant son accident, il pointait à la deuxième place de l'étape dimanche.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Auto-Moto

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.