Dakar 2022 : Nasser Al-Attiyah double la mise en auto devant Sébastien Loeb, Stéphane Peterhansel accidenté

Le triple vainqueur du Dakar s'est imposé sur la première étape en catégorie auto du rallye-raid dimanche, en Arabie saoudite. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Nasser Al-Attiyah, ici lors du prologue du Dakar 2022 le 1er janvier, a remporté la première étape de la 44e édition du rallye-raid, le 2 janvier. (GIGI SOLDANO / DPPI via AFP)

Et de deux pour Nasser Al-Attiyah. Le Qatari, qui s'était adjugé le prologue de la catégorie auto de la veille, a remporté la première étape du Dakar 2022, dimanche 2 janvier, à Ha'il en Arabie saoudite. En compagnie de Mathieu Baumel, le pilote Toyota a conclu l'étape avec plus de douze minutes d'avance sur le Français Sébastien Loeb (Bahrain Raid Xtreme) et le Tchèque Martin Prokop (Benzina Orlen Team).

Leader depuis le premier pointage, Nasser Al-Attiyah n'a jamais été inquiété par ses concurrents. Le triple vainqueur du Dakar (2011, 2015, 2019) conserve la tête du classement provisoire. À l'issue de la journée, Loeb a rendu hommage à l'équipage qui règne sur ce début d'épreuve tout en étant prudent pour la suite : "Nasser (al-Attiyah, ndlr) et Mathieu (Baumel), ils sont forts (...) on voit qu'ils se permettent de quitter la piste, de revenir, c'était beau à voir. Cette deuxième étape n'était pas annoncée comme étant la plus difficile, il va vraiment falloir être concentré."

Peterhansel a presque dit adieu à la victoire

Cette boucle de 333 km autour au nord de l'Arabie Saoudite a été le théâtre de grosses difficultés de navigation pour de nombreux concurrents sur tous les véhicules, occasionnant des écarts déjà importants. Le pilote français Stéphane Peterhansel en a fait les frais. Au volant d'un nouveau véhicule hybride d'Audi, il a arraché son train arrière au km 120, et a dû être immobilisé pendant plusieurs heures. Les chances d'un 15e sacre se sont déjà largement amaigries pour le détenteur du record de victoires sur le Dakar.

Les fortes pluies de la nuit de samedi à dimanche avaient transformé quelques dunes sur le parcours du jour, et les inondations qui ont suivi vont entraver les liaisons des étape 2 et 3 prévues lundi et mardi, désormais rallongées. Sans conséquences sur les spéciales marathon, chères au coeur des nostalgiques, mais l'annulation de leur bivouac ampute l'esprit d'aventure de la course, devenue très encadrée.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Sébastien Loeb

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.