Cet article date de plus de six ans.

Mondiaux d'athlétisme de Londres : "Bolt aura marqué l'histoire de l'athlétisme, Gatlin lui ne restera pas dans les annales"

L'ancien président de la Fédération française d'athlétisme, Bernard Amsalem, salue sur franceinfo dimanche, la carrière d'Usain Bolt et son "palmarès tout à fait exceptionnel".

Article rédigé par France Info
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min
Justin Gatlin et Usain Bolt, le 5 août 2017. (ANTONIN THUILLIER / AFP)

Au lendemain de la victoire en finale du 100 mètres de l'Américain Justin Gatlin, aux Mondiaux d'athlétisme de Londres, l'ancien président de la Fédération française d'athlétisme, Bernard Amsalem, a estimé dimanche 6 août sur franceinfo que le sulfureux sprinter américain "ne resterait pas dans les annales" de son sport. Il a préféré rendre hommage à la carrière du Jamaïcain Usain Bolt, qui a terminé troisième samedi soir, pour sa toute dernière sortie.

franceinfo : Justin Gatlin a été copieusement sifflé hier à Londres, était-il à sa place en finale du 100 mètres, lui qui avait été suspendu quatre ans pour dopage entre 2006 et 2010 ?

Bernard Amsalem : Gatlin a été suspendu, il a purgé sa peine et il est revenu courir. Sauf à changer le règlement et à condamner à vie les athlètes, aujourd'hui on ne peut pas empêcher cet athlète de revenir, de continuer à courir et de gagner comme il l'a fait hier. Maintenant, il ne faut pas oublier que Bolt a lui un palmarès tout à fait exceptionnel. C'était sa dernière course, certes, mais il avait subi pas mal de blessures et revenait difficilement. Moi ce que je vais retenir de tout cela, c'est qu'Usain Bolt aura marqué l'histoire de l'athlétisme comme aucun autre athlète ne l'a fait. C'est ça qu'il faut retenir, Gatlin ne restera pas dans les annales, contrairement à Bolt.

On a senti le malaise tout de même hier à Londres, avec le public qui a copieusement sifflé Justin Gatlin. Il n'y a pas de droit au pardon dans l'athlétisme ?

Peut-être qu'il y a une prise de conscience du grand public sur le problème du dopage, et qu'on est aujourd'hui plus attentif à cela. Ce n'est pas la première fois que le public anglais réagit de cette manière vis à vis de Justin Gatlin. Il est presque interdit de séjour en Angleterre depuis qu'il a eu cette suspension pour dopage. Moi je préconise depuis longtemps qu'on puisse pardonner la première fois, c'est à dire qu'on peut condamner quelqu'un à une suspension de quatre ans, mais quand il y a récidive, c'est une suspension à vie. Il faudrait aussi rajouter une amende financière significative, qui permettrait de dédommager les athlètes qui restent au pied du podium et qui sont victimes des athlètes dopés.

Ces sifflets contre Justin Gatlin n'ont-ils pas gâché la dernière sortie d'Usain Bolt ?

Non car Monsieur Bolt est un grand monsieur, il est au-dessus de ça, il a été un athlète pendant toute sa carrière. Il ne va pas s'attacher à ce genre de détail. Moi ce que je retiens, c'est la performance de Christian Coleman, celui qui a fait deuxième. C'est un jeune Américain qui commence à 'performer'. Gatlin, il a 35 ans, c'est le passé, il faut tourner la page, et évidemment qu'Usain Bolt aurait voulu finir avec une victoire, j'imagine. Mais il faut retenir sa carrière. Cela a été un ambassadeur extraordinaire pour l'athlétisme mondial, je ne sais pas si un jour on trouvera un remplaçant.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.