Elaine Thompson-Herah et Novak Djokovic désignés "Champions des champions" du monde 2021 par "L'Équipe"

La triple championne olympique à Tokyo Elaine Thompson-Herah, et le joueur de tennis Novak Djokovic, qui est passé à deux doigts d'un record historique cette année. 

Article rédigé par
Arthur Fradin - franceinfo - Fabrice Abgrall
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
L'athlète jamaïcaine Elaine Thompson-Herah et le joueur de tennis serbe Novak Djokovic. (STEFAN WERMUTH / AFP et Marco BERTORELLO / AFP)

Après les noms des deux "Champions des champions" français de l'année 2021 publié mardi 28 décembre, le journal L'Équipe a dévoilé mercredi 29 décembre ses "Champions des champions" étrangers. Chez les dames, c'est la sprinteuse jamaïcaine Elaine Thompson-Herah, triple championne Olympique à Tokyo, qui a recueilli le plus de suffrages. Chez les hommes, c'est Novak Djokovic qui a été élu "Champions des champions".

Le Serbe devance le nageur américain Cealeb Dressel, quintuple Champion Olympique et le slovène Tadej Pogacar, double vainqueur du Tour de France. Novak Djokovic a réussi cette année l'une des plus belles saisons de sa carrière. Il ne lui a manqué qu'une victoire, une seule pour qu'elle soit historique et légendaire.

Novak Djokovic salue les spectateurs après sa défaite en finale de l'US Open face à Daniil Medvedev le 12 septembre 2021. (KENA BETANCUR / AFP)


Tout avait bien commencé. Novak Djokovic remporte coup sur coup l'Open d'Australie, Roland Garros et Wimbledon. Il s'accorde la possibilité de réussir à l'US Open un coup double phénoménal : remporter non seulement son 21e Grand Chelem, pour détenir seul, devant Nadal et Federer, le record du nombre de titres majeurs; mais aussi en cas de succès, réussir le Grand Chelem calendaire, ce que seul, dans le tennis moderne, Rod Laver a réalisé en 1969.

Djokovic était là, tout proche de l'exploit, mais à New York, il a perdu le match qu'il ne fallait pas perdre, battu en finale par Daniil Medvedev. Le Serbe a été rattrapé ce jour-là par la pression de l'enjeu et il a craqué. Sentant que le match lui échappait, il a même pleuré juste avant que Medvedev ne serve pour le titre. Et là, contre toute attente, Djokovic le mal aimé a reçu des spectateurs une énorme ovation.

C'est presque aussi fort que si j'avais gagné mon 21e grand Chelem"

Novak Djokovic

"Une partie de moi est très triste, car cette défaite est dure à avaler compte tenu de l'enjeu", raconte le champion "l'énergie et l'amour que j'ai reçu de la foule sont quelque chose dont je me souviendrais pour toujours", en attendant, Djokovic finit l'année pour la septième fois numéro 1 mondial. Lui seul détient ce record absolu.

Novak Djokovic a failli remporter le Grand Chelem calendaire - le récit de Fabrice Abgrall
écouter

Elaine Thompson-Herah devant chez les dames

Chez les femmes, la judokate française Clarisse Agbégnénou, double médaillée à Tokyo, prend la deuxième place, devant la nageuse australienne aux trois titres olympiques Kaylee McKeown. En tête des suffrages, on retrouve la sprinteuse Elaine Thompson-Herah. Déjà magistrale à Rio, elle a triomphé à Tokyo et marche sur les traces d'un certain Usain Bolt. Si elle n'a pas l'exubérance de son compatriote, Elaine Thompson-Herah a un point commun avec Usain Bolt : aux Jeux olympiques, quand elle est sur sa lancée, elle ne laisse que des miettes à ses concurrentes.

Elaine Thompson-Herah remporte la finale du 200 mètres aux Jeux Olympiques de Tokyo, le 3 août 2021.  (HERVIO JEAN-MARIE / KMSP)

À Tokyo, la Jamaïcaine a commencé par le 100 mètres, bouclé en 10 secondes 61. Une satisfaction, après des blessures à répétition : "Derrière ce sourire et ce record olympique, il y avait beaucoup de nervosité. Je suis passé par tellement de hauts et de bas. Mais je me suis dit à moi-même 'tu l'as déjà fait.Tu as déjà vécu ça avant, rien ne change'. 

Trois jours plus tard, Elaine Thompson-Herah écrase de nouveau la concurrence sur le 200 mètres. Deuxième meilleure performance de tous les temps à la clef. La sprinteuse termine avec une victoire sur le 4 x 100 : troisième sacre, en trois courses. Avec les deux titres de Rio, cela lui fait cinq médailles d'or autour du cou aux Jeux olympiques. Seules trois longueurs la séparent d'Usain Bolt, qui en a gagné huit.

L'écart sera peut-être comblé dans trois ans à Paris. En attendant, Elaine Thompson peut se fixer d'autres objectifs : les records du monde du 100 et du 200 mètres, dont elle n'est pas loin. Mais aussi un titre mondial. Car c'est la bizarerie de l'histoire : aux JO, Thompson-Herah est une reine, alors qu'aux championnats du monde, en individuel, elle n'a jamais fait mieux qu'une médaille d'argent en 2015.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Elaine Thompson-Herah

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.