JO 2021 - Natation : insatiable, Caeleb Dressel concrétise un étincelant quintuplé

Avec cinq médailles d'or décrochées, l'Américain Caeleb Dressel a tyrannisé les bassins des Jeux olympiques de Tokyo.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Caeleb Dressel déploie ses ailes avant de remporter la finale du 50 mètres nage libre des Jeux olympiques de Tokyo le 1er août 2021. (OLI SCARFF / AFP)

La natation a tiré sa révérence des Jeux olympiques de Tokyo, dimanche 1er août, avec un relais 4x100 4 nages explosif, et surtout un dénouement familier : Caeleb Dressel trônant fièrement sur la plus haute marche du podium. En décrochant sa cinquième médaille d'or, l'Américain est devenu l'athlète le plus sacré de cette édition des JO - seule l'Australienne Emma McKeon a décroché plus de médailles (7, dont 4 en or) - , pas encore terminée mais assurément marquée par sa domination tyrannique.

Vainqueur du relais 4x100 mètres nage libre, du 100 mètres nage libre, du 100 mètres papillon, du 50 mètres nage libre et donc du relais 4x100 4 nages, Dressel s'est montré insubmersible. Lors de sa dernière course dans l'Aquatics Center de Tokyo, il a tout simplement porté les Etats-Unis de la troisième à la première place sur ses deux longueurs de papillon avec une participation active à l'établissement du nouveau record du monde de l'épreuve (3'26''78), pulvérisé de cinq dixièmes. 
La veille, il améliorait son propre record du monde sur le 100 mètres papillon en rabotant la marque à 49''45.

5 médailles d'or et 2 nouveaux records du monde

Toutes ces prouesses étaient attendues. Depuis ses premiers championnats du monde à Budapest en 2017, où il a remporté sept titres, Caeleb Dressel est un rouleau compresseur qui écrase tout sur son passage. A Gwangju en 2019, il a remis le couvert avec six autres titres mondiaux. Les Jeux de Rio étaient sans doute tombés trop tôt. Double médaillé d'or en relais à presque 20 ans, il n'avait décroché aucune médaille en individuel, seulement 6e du 100 mètres.

A Tokyo il visait six sacres olympiques, il n'en a finalement validé que cinq, plombé par ses coéquipiers sur le relais 4x100 4 nages mixte (5e). Quand il a été le seul maître de son avenir, personne n'a réussi à lui contester l'hégémonie. "Il m'a carrément botté les fesses, je ne peux pas le dire autrement", confiait le Singapourien Joseph Schooling samedi après avoir été détrôné par Dressel sur le 100 mètres papillon. 

Avec une détente évaluée à 1,20 m, que seuls deux joueurs de NBA pouvaient battre en 2020, le natif de Floride a l'habitude de créer une avance irrémédiable au terme des quinze premiers mètres de course. Le schéma est simple : Caeleb Dressel s'envole et n'est jamais revu. Mais s'il écrase la concurrence, il reste un roi respecté. "Il y avait toujours quelque chose que je détestais chez mes concurrents, notamment Cesar (Cielo), qui m'exaspérait, c'était horrible. Chez Caeleb, rien de tout ça", avançait son futur dauphin sur 50 mètres Florent Manaudou samedi dans les colonnes de L'Equipe

Seuls Phelps et Spitz font mieux

S'il n'est jamais à l'aise avec les comparaisons le rapprochant de la légende Michael Phelps, Caeleb Dressel a déjà gagné sa place parmi les plus grands noms de l'histoire de la natation. Seuls deux nageurs ont remporté plus de médailles d'or lors d'une même édition des Jeux olympiques : Mark Spitz en 1972 (7) et Phelps en 2004 (6) et en 2008 (8). 

"Tout le monde dit que je vais tout gagner facilement mais je le répète, rien n'est jamais acquis. Si j'avais l'impression que j'ai atteint le sommet, je prendrais ma retraite. Il va falloir encore batailler dans les années à venir", insistait-il après sa victoire sur le 100 mètres papillon samedi (voir ci-dessous). C'est avec seulement 23 centièmes d'avance qu'il s'est imposé devant le Hongrois Kristof Milak, soit la plus faible marge depuis qu'il domine la distance.

LE RECORD DU MONDE DE DRESSEL ! Impressionnant, l'Américain fait tomber la meilleure marque de l'histoire, en 49"45, sur 100 m papillon. Record d'Europe pour le Hongrois Kristof Milak (49"68).

Poussé dans ses retranchements, Caeleb Dressel a dû battre le record du monde pour être couronné. La preuve qu'il en a encore sous la pédale pour dépasser encore les limites de l'excellence.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Natation aux Jeux olympiques de Tokyo 2021

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.