US Open 2021 : Daniil Medvedev fait tomber Novak Djokovic et remporte son premier tournoi du Grand Chelem

Le Russe a remporté son duel face au numéro un mondial (6-4, 6-4, 6-4), dans la nuit de dimanche à lundi, à Flushing Meadows.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 4 min.
Le Russe Daniil Medvedev, vainqueur de l'édition 2021 de l'US Open de tennis, lundi 13 septembre 2021. (SARAH STIER / GETTY IMAGES NORTH AMERICA)

On attendait un combat titanesque sur le court Arthur-Ashe pour cette finale de l'US Open, dans la nuit de dimanche 12 à lundi 13 septembre. Sur le court, pas moins que les deux meilleurs joueurs mondiaux et, chacun à leur échelle, un rendez-vous avec l'histoire à saisir.

Mais le choc tant attendu a rapidement tourné court : en trois sets secs et un peu plus de deux heures de jeu, Daniil Medvedev, 25 ans, est venu inscrire son nom au palmarès des vainqueurs de tournois du Grand chelem face à Novak Djokovic (6-4, 6-4, 6-4). Jamais vraiment entré dans sa finale, le Serbe manque l'occasion de remporter les quatre tournois majeurs (Open d'Australie, Roland-Garros, Wimbledon, US Open) lors d'une même année civile et d'entrer seul dans la légende avec 21 succès.

> Revivez la finale de l'US Open entre Novak Djokovic et Daniil Medvedev

Medvedev, un plan sans accroc pour faire tomber le "Djoker"

À la lumière de cette finale de l'édition 2021 de l'US Open, force est de constater que le plan concocté par Daniil Medvedev pour contrer Novak Djokovic a fonctionné à la perfection. Peut-être même au-delà de ses espérances.

Rapidement devant dans la première manche avec des jeux de service parfaits qui n'ont jamais permis au "Djoker" d'espérer quoi que ce soit (huit aces, 100% de points gagnés derrière sa première balle), le Russe n'avait besoin que de 36 minutes de jeu pour se lancer (6-4). À l'inverse, dans un début de match marqué par un faux rythme, le Serbe montrait déjà quelques signes d'inquiétude, notamment sur le plan physique.

Mais alors, habituel immense défenseur et relanceur d'exception, le numéro un mondial pouvait-il réellement faillir sur ce point ? D'entrée de deuxième set, il tentait de prouver le contraire en menant 1-0, 0-40. Mais Djokovic ne parvenait pas à concrétiser ses trois occasions et voyait, peu après, revenir le Russe à hauteur. Non sans passablement l'énerver, lui qui se retenait de jeter sa raquette - alors qu'une ramasseuse de balle passait par là - avant de la briser comme il se doit quelques secondes plus tard.

Novak Djokovic brise sa raquette lors de la finale de l'US Open face au Russe Daniil Medvedev, lundi 13 septembre 2021. (KENA BETANCUR / AFP)

Dans la foulée, Medvedev en a profité pour réussir le break. Avec 38% de première balle pour le Serbe, il était compliqué de mettre la pression sur son adversaire. Le reste fut un mélange de patience et d'agressivité en fond de court de la part du Russe. Un plan de jeu qui n'est, d'habitude, pas sans rappeler celui de "Nole". Où quand le prédateur aux 20 tournois du Grand Chelem devient la proie...

Ramenant absolument tout, héroïque en défense et très en jambes, Daniil Medvedev a bénéficié d'une nouvelle (grossière) faute directe de son adversaire sur la balle de set pour se détacher au score (6-4 en un peu moins d'une heure de jeu).

Djokovic, la légende attendra

À une manche de rentrer dans l'histoire, au même titre que Stan Wawrinka (US Open 2016), Andy Murray (Wimbledon 2013) ou Juan Martin del Potro (US Open 2009), seuls joueurs à avoir fait tomber un membre du "Big Three" (Federer, Nadal, Djokovic) en finale d'un tournoi du Grand chelem, Daniil Medvedev n'a pas lâché l'étreinte. Breakant Djokovic dès sa première mise en jeu, après l'avoir mis au supplice pendant presque l'intégralité de la partie avec des amortis au filet, le Russe s'ouvrait une voie royale.

À 5-2, deux premières balles de match venaient récompenser la performance du numéro deux mondial. Mais - enfin - rattrapé par l'événement, deux doubles fautes le privaient d'un triomphe tant attendu. Revenu à 5-4, le Serbe emmenait avec lui tout le public new yorkais, qui commençait à croire à un improbable retour.

Mais de nouveau sur son service, cette fois-ci Medvedev ne tremblait pas pour prendre une formidable revanche, après sa défaite en finale de l'Open d'Australie (7-5, 6-2, 6-2) contre Djokovic en début d'année. Il devient ainsi le deuxième membre de la "Next Gen" après Dominic Thiem (US Open 2020) à remporter un tournoi majeur. Sa célébration après avoir remporté sa quatrième balle de match, inspirée du jeu vidéo FIFA ("seules les légendes comprendront mais tout ce dont j'ai besoin maintenant c'est de faire L2 + gauche") restera aussi l'un des temps forts de cette finale, comme cette victoire... le jour de son anniversaire de mariage.

Pour "Nole" en revanche, le coup est rude. En larmes à l'issue de la cérémonie, celui qui avait l'opportunité de dépasser ses deux compères suisse et espagnol en glanant un 21e tournoi du Grand chelem devra encore patienter un peu. Rattrapé par la pression et cette possibilité de remporter tous les tournois du Grand chelem sur une seule et même année civile, Djokovic ne cachait pas son émotion lors de la cérémonie de remise des trophées : "je pensais à tous les scénarios, à ce que j'allais vous dire ce soir mais malgré la défaite, j'ai le coeur empli de joie et grâce à vous je suis l'homme le plus heureux car vous me faites sentir 'spécial' (...) Honnêtement je n'avais jamais vécu cela à New York alors merci beaucoup, je vous aime et à très bientôt"

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Daniil Medvedev

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.