JO 2021 : Jordan Sarrou et Victor Koretzky, deux Français dans l'ombre de van der Poel pour l'or en VTT cross-country

Derrière le phénomène néerlandais, les deux Français sont des prétendants très sérieux pour l'or olympique en VTT cross-country.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 4 min.
Jordan Sarrou (à gauche) et Victor Koretzky (à droite) sont des candidats déclarés à la médaille en VTT cross-country.  (AFP)

L'or olympique après le maillot jaune du Tour de France, c'est le scénario attendu pour Mathieu van der Poel. Leader de la Grande Boucle en première semaine après sa victoire à Mûr-de-Bretagne, le petit-fils de Raymond Poulidor a abandonné le Tour après avoir perdu sa tunique, au matin de la 9e étape vers Tignes. Un départ précipité, et attendu, puisque "MVDP" avait déjà un autre objectif en tête après ce début de Tour réussi : l'or olympique en VTT cross-country.

Aussi polyvalent qu'insatiable, le phénomène néerlandais fait figure d'épouvantail au départ de la course olympique. Mais il ne faut pas sous-estimer le reste du peloton, dont les deux Français Jordan Sarrou, champion du monde en titre, et Victor Koretzky, deuxième du classement de la Coupe du monde 2021.

La France, nation majeure du VTT

Honneur au maillot arc-en-ciel d'abord, celui de Jordan Sarrou, sacré champion du monde à la surprise générale en octobre dernier en Autriche. "Il aura forcément la pression, parce qu'on est toujours plus attendu quand on a le statut de champion du monde. Il faut tenir son rang et honorer ce maillot", rappelle Julien Absalon, qui a connu la même situation en 2008 à Pékin, avant d'aller chercher l'or. Bis repetita treize ans plus tard pour Sarrou ? Possible, mais pas sûr. Le Français a d'ailleurs connu une petite frayeur samedi en chutant lors d'une reconnaissance sur le circuit d'Izu.

"Même s'il est champion du monde, Jordan Sarrou n'est pas le grand favori de l'épreuve parce qu'il n'a pas gagné de course internationale cette année, même s'il est très régulier. Il arrive comme un outsider sérieux pour le podium."

Julien Absalon

à franceinfo

Si cela ne passe pas pour le champion du monde tricolore, un autre Français pourrait décrocher le titre olympique : Victor Koretzky. Actuellement deuxième de la Coupe du monde 2021 de VTT cross-country, et dixième aux Jeux de Rio en 2016, le Biterrois de 26 ans arrive en confiance à Tokyo. Il a notamment enlevé une manche de Coupe du monde début mai, devant le Suisse Nino Schurter, mais aussi Mathieu van der Poel, 7e ce jour-là. Moins régulier que Sarrou, Koretzky est néanmoins capable de coups d'éclat.

"Victor a prouvé qu'il pouvait gagner. C'est un des meilleurs techniciens du circuit, un très bon pilote capable de bien gérer ce circuit extrême de Tokyo. Il a pas mal d'armes pour performer."

Julien Absalon

à franceinfo

Et si les deux Français engagés ont de vraies chances d'accrocher le podium, sans être ultra-favoris comme le seront mardi Loana Lecomte et Pauline Ferrand-Prévot, c'est tout sauf un hasard. L'Hexagone est en effet une terre de cross-country, en témoigne les cinq Tricolores membres du top 10 mondial, dont le champion de France Maxime Marotte. "On ne peut emmener que 2 coureurs aux JO, mais en France on en avait 5 capables de jouer la médaille à Tokyo", résume Julien Absalon, qui explique cette densité par le terrain de jeu idéal offert par les massifs français, ainsi que le travail de fond des clubs formateurs.

Van der Poel, monstre de polyvalence

Mais les Français ne seront que deux dans le peloton de 42 coureurs au départ de la course olympique, et feront face à une énorme concurrence, incarnée par les polyvalents Mathieu van der Poel et Thomas Pidcock, qui brillent autant dans la boue que sur route. "Ce sont des phénomènes du cyclisme mondial, ils sont capables de tout, de s'imposer sur toutes les disciplines, se méfie Julien Absalon. D'autant plus que van der Poel a annoncé depuis plusieurs années son objectif d'être champion olympique, plus encore que d'être maillot jaune sur le Tour donc il faut s'attendre à le voir devant".

Mais le génie néerlandais n'a disputé que deux manches de Coupe du monde de VTT cette saison, au milieu de son calendrier surchargé entre le cyclo-cross et la course sur route. "Le départ est donné selon le classement à la Coupe du monde, mais sur les JO c'est moins problématique parce qu'il n'y a que 42 coureurs. Donc ça ne l'handicapera pas trop", relativise Julien Absalon.

"S'il avait terminé le Tour, ça aurait été compliqué physiquement. Mais en l'arrêtant à la première semaine, il s'est donné le temps de bien préparer les JO. Sa semaine sur le Tour va même sûrement lui donner plus de puissance."

Julien Absalon

à franceinfo

Reste toutefois à retrouver ses automatismes, mais là encore, van der Poel ne fait rien comme personne, sourit Absalon, impressionné. "En VTT, la clé c'est le coup de pédale, on vise un pédalage rond, propre à cette discipline, alors qu'en route on roule sans se poser de question sur un sol lisse. Normalement, il faut quelques jours pour se réhabituer. Mais pas pour lui, il a une telle aisance..."

Star incontestée de la course, Mathieu van der Poel pourrait donc bien faire coup double après sa semaine en jaune sur les routes du Tour. Le petit-fils de Poulidor a de toute façon d'ores et déjà annoncé qu'il continuerait le VTT après les Jeux, médaille ou pas, au moins jusque Paris 2024.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers VTT aux Jeux olympiques de Tokyo 2021

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.