Vidéo Paris 2024 : Emmanuel Macron promet qu'il se baignera dans la Seine (mais ne dit pas quand)

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 1 min
"Et comment, ouais !" :
"Et comment, ouais !" : Emmanuel Macron promet de se baigner dans la Seine "Et comment, ouais !" : (FRANCE TELEVISIONS)
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
"Je ne vais pas vous donner la date, vous risqueriez d'être là", a plaisanté le président de la République, interrogé par des journalistes.

Emmanuel Macron veut se jeter à l'eau. Le président de la République a promis, jeudi 29 février, d'aller se baigner dans la Seine, une possibilité qui sera offerte aux Franciliens à l'été 2025 et qui constituera "un héritage important" des Jeux olympiques. "Et comment ! Oui, j'irai", a répondu le chef de l'Etat aux journalistes. "Mais je ne vais pas vous donner la date, vous risqueriez d'être là", a-t-il plaisanté à l'occasion de l'inauguration du Village olympique des Jeux de Paris. La phrase du président rappelle l'engagement non tenu formulé par Jacques Chirac en 1990.

Les Jeux olympiques doivent inaugurer les retrouvailles de la nage avec la Seine : les épreuves de triathlon et de nage en eau libre partiront du pont Alexandre-III qui relie le Grand Palais aux Invalides. La maire de Paris Anne Hidalgo avait indiqué début janvier qu'elle se baignerait dans la Seine en juillet, juste avant les JO et un an avant l'ouverture de trois espaces de baignade dans le fleuve à Paris : à Bercy, à Grenelle et à l'île Saint-Louis.

"Pour les Franciliens, on aura Seine et Marne qui auront changé là aussi de visage et d'usage", s'est réjoui le chef de l'Etat, en évoquant "les héritages importants" laissés par les JO en matière d'aménagements. "Pour la Seine et la Marne, il y a eu un investissement extraordinaire qui a été fait", s'est-il félicité. Depuis 2016, l'Etat et les collectivités locales franciliennes ont investi environ 1,4 milliard d'euros pour rendre baignables la Seine et la Marne, son principal affluent.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.