Paris 2024 : des jours de télétravail supplémentaires indemnisés pour les fonctionnaires

Pour éviter d'engorger des transports en commun, les fonctionnaires sont "invités" à télétravailler, "plus particulièrement entre le 22 juillet et le 11 août", dates des Jeux olympiques.
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min
L'administration française prévoit une série de mesures pour accompagner les agents publics mobilisés pendant les Jeux de Paris (photo d'illustration). (MORSA IMAGES / DIGITAL VISION / GETTY IMAGES)

Les agents de la fonction publique pourront télétravailler dix jours de plus en 2024 en raison des Jeux de Paris, selon un arrêté publié samedi 20 avril au Journal officiel. Ce document fixe "le montant plafond du 'forfait télétravail'" pour 2024 et chiffre l'indemnisation à 282,24 euros pour 10 jours supplémentaires. Exceptionnellement, les agents pourront également dépasser le plafond habituel de trois jours de télétravail par semaine.

Pour éviter d'engorger des transports en commun qui seront soumis à une affluence considérable, les fonctionnaires sont aussi "invités" à télétravailler, "plus particulièrement entre le 22 juillet et le 11 août". Quand le télétravail n'est pas possible, les employeurs publics sont incités à "adapter l'échelonnement des congés" de leurs agents ou à aménager leurs horaires de travail, "notamment pour limiter l'usage des transports collectifs sur les plages horaires les plus chargées".

Outre le télétravail, l'administration a aussi prévu une série de mesures – primes, places de crèche – pour accompagner les agents publics mobilisés pendant les Jeux olympiques (26 juillet-11 août) et paralympiques (28 août-8 septembre). Les agents exerçant en Île-de-France "sont invités, dans la mesure du possible, à limiter leurs déplacements en véhicule entre le 1er juillet et le 9 septembre 2024", pouvait-on déjà lire en mars dans un document provisoire consulté par l'AFP et adressé aux secrétaires généraux des ministères.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.