Paris 2024 : ce qu'il faut retenir du dispositif de sécurité à Paris et en Ile-de-France pendant les JO

Quatre périmètres de sécurité seront déployés pour chaque site, a fait savoir le préfet de police de Paris, Laurent Nunez, dans un entretien au "Parisien", mardi.
Article rédigé par franceinfo
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min
La tour Eiffel, à Paris, le 20 août 2023. (EMMANUEL DUNAND / AFP)

Le sujet est extrêmement sensible alors que la France est repassée en "urgence attentat" au mois d'octobre. Avant la présentation officielle des périmètres de sécurité autour des sites olympiques et paralympiques, mercredi 29 novembre, le préfet de police, Laurent Nunez, en a dévoilé les grandes lignes dans un entretien au Parisien. Franceinfo détaille ce qu'il faut retenir de ces dispositifs.

Quatre périmètres pour chaque site

Le préfet de police révèle, dans son interview, la mise en place de quatre périmètres pour chaque site olympique.

Périmètre organisateur. Dans ce premier périmètre, "à proximité immédiate du site", "ne rentrent que les gens accrédités (athlètes, staff, organisation, journalistes, prestataires de services, etc.) ou munis d'un billet", explique Laurent Nunez.

Périmètre de protection. Il est également appelé périmètre Silt, issu de la Loi sécurité intérieure et lutte contre le terrorisme. "Pour y entrer, tout le monde est fouillé, prévient le préfet. Ce périmètre n'englobe en général pas de riverains, sauf pour la cérémonie d'ouverture et de manière limitée pour quelques sites."

Périmètre rouge. Ce périmètre de circulation se trouve "au plus près du site", décrit Laurent Nunez. "Là, on ne vise ni les piétons ni les cyclistes, qui peuvent y entrer. Les restrictions concernent les véhicules motorisés à deux ou quatre roues", ajoute-t-il. La règle y est stricte : "Le principe est l'interdiction de circulation, sauf dérogation, en raison du flux piétonnier important et des risques d'attaque à la voiture-bélier ou de perturbations", selon le préfet. Des dérogations seront possibles. Le préfet relève qu'"elles concernent par exemple les riverains qui ont des parkings, ceux qui visitent des personnes vulnérables, les véhicules d'urgence et de secours, de dépannage, etc."

Périmètre bleu. Il est bien plus large que le rouge. "L'idée est ici d'éviter les circulations de transit, explique le préfet. Nous ne voulons laisser entrer en voiture que ceux qui y vivent, travaillent ou veulent se rendre dans un commerce ou un restaurant." Tous les tracés de périmètres doivent être mis en ligne.

Un QR code à présenter dans les périmètres rouges

Selon Laurent Nunez, l'objectif est de laisser ouverts les quelque 700 établissements industriels et commerciaux situés dans les périmètres rouges. Si vous souhaitez vous y rendre, "il faudra justifier du fait qu'on rentre dans le périmètre pour se rendre dans un restaurant", par exemple. Il faudra s'inscrire sur une "plate-forme" pour accéder à ces lieux. Cette "plate-forme sera ouverte en mars au plus tôt, en avril au plus tard. Vous aurez un QR code à présenter lors des contrôles."

Des restrictions de circulation centrées sur les heures des compétitions

L'activation des restrictions de circulation aura lieu uniquement autour du temps des épreuves : "Deux heures et demie avant" leur début et "jusqu'à une heure après".  Une exception : "Le cas particulier du village olympique à Saint-Denis", précise Laurent Nunez. "Les restrictions autour de Paris centre, par exemple, pourraient être effectives de 6h30 à minuit, ajoute-t-il. Mais à pied et à vélo, ces zones seront libres d'accès. Les limitations concernent uniquement les véhicules motorisés."

Un dispositif spécial pour la cérémonie d'ouverture

Un périmètre exceptionnellement plus large et plus long sera déployé pour cet événement. Il s'agit "d'activer le périmètre de protection (Silt) qui englobe les habitations riveraines plusieurs jours avant. Là, évidemment, l'entrée des véhicules sera limitée au strict minimum", souligne le préfet. "Le public sera partout, sur les quais hauts, les quais bas. C'est un périmètre de contrôle strict, il faudra être fouillé, montrer patte blanche", rappelle-t-il. Le 26 juillet, le jour de la cérémonie d'ouverture, l'activation aura lieu "quelques heures avant" l'événement et "prendra fin quand elle sera terminée".

Des dispositions particulières pour certaines stations de métro

Du côté des transports en commun, les stations de métro "qui seront dans les périmètres rouges et bleus resteront ouvertes". Dans les autres, ce ne sera pas le cas, car "on ne peut pas avoir de station de métro qui sort à l’intérieur d’un périmètre de protection avec des gens qui n’auront pas été fouillés", relève Laurent Nunez. C'est le cas pour les stations Concorde, Tuileries et Champs-Elysées-Clemenceau.

Certaines stations de métro à proximité de certains sites seront fermées "pour des raisons capacitaires parce qu’elles sont trop petites". Des précisions doivent être dévoilées "prochainement" par la RATP et l'autorité régionale des transports Ile-de-France Mobilités.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.