JO 2024 : le dispositif de sécurité prévoit plusieurs périmètres et un système de QR code, annonce le préfet Laurent Nuñez

La circulation sera fortement perturbée dans certains quartiers pendant les épreuves. Le préfet de police de Paris a dévoilé les grands contours des perturbations attendues, dans un entretien au "Parisien".
Article rédigé par franceinfo
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
La ligne de départ de l'épreuve de triathlon, le 20 août 2023 à Paris, reportée en raison d'une pollution excessive ayant contraint les organisateurs à annuler cet événement pré-olympique. (EMMANUEL DUNAND / AFP)

A quoi ressemblera la vie quotidienne à Paris et en Ile-de-France durant les Jeux olympiques de l'été 2024 ? Le préfet de police de Paris, Laurent Nuñez, a livré quelques détails sur le dispositif de sécurité prévu pendant les épreuves, mardi 28 novembre, dans un entretien au Parisien.

Au total, quatre périmètres de sécurité seront mis en place pour chaque site. Le périmètre organisateur, tout d'abord, qui est le plus restrictif et situé à proximité immédiate des sites. Son accès sera réservé aux personnes accréditées ou munies d'un billet. Vient ensuite le périmètre de protection, dit "Silt" et issu de la Loi sécurité intérieure et lutte contre le terrorisme. Il sera accessible après une fouille dont seront exemptés les riverains, sauf pour la cérémonie d'ouverture et quelques sites non précisés.

Deux périmètres de circulation complètent ce dispositif.  Au plus près du site, dans la zone classée rouge, "le principe sera l'interdiction de la circulation et l'exception, la dérogation". Cela concerne notamment les riverains qui ont des parkings, qui visitent des personnes vulnérables, ainsi que les secours, urgences et dépanneurs. Pour obtenir ces dérogations, il faudra s'enregistrer sur une plateforme numérique qui sera mise en place d'ici mars ou avril. Un QR code devra être présenté lors des contrôles. Il sera nécessaire, par exemple, pour se rendre dans l'un des 700 bars et restaurants présents dans le périmètre rouge. Idem pour des amis invités chez des particuliers, pour suivre la cérémonie d'ouverture depuis la fenêtre.

Sécurité maximale pour la cérémonie d'ouverture

Le périmètre bleu, plus large, sera quant à lui réservé aux riverains, travailleurs ou clients des commerces et restaurants. L'idée est "d'éviter les circulations de transit", précise Laurent Nuñez. Cette fois, il n'y aura pas d'inscription, mais des contrôles seront organisés. Les stations de métro resteront ouvertes dans les périmètres rouges et bleus, mais pas dans les périmètres Silt. "On ne peut pas avoir de station de métro qui sort à l'intérieur d'un périmètre de protection avec des gens qui n'auront pas été fouillés (Concorde, Tuileries, Champs-Elysées Clémenceau)", justifie Laurent Nuñez.

Les restrictions seront activées lors des compétitions, deux heures et demie avant le début des épreuves et jusqu'à une heure après – le village olympique est un cas particulier. Ainsi "les restrictions autour de Paris centre pourraient être effectives de 6h30 à minuit. Mais à pied et à vélo, ces zones seront libres d'accès. Les limitations concernent uniquement les véhicules motorisés", a précisé Laurent Nuñez. Des voies réservées, par ailleurs, seront activées selon des modalités à définir.

La cérémonie d'ouverture fera l'objet d'une attention particulière. Un périmètre strict de circulation "qui va englober les habitations riveraines plusieurs jours avant. Là, évidemment, l'entrée des véhicules sera limitée au strict minimum, explique Laurent Nuñez. Le public sera partout, sur les quais hauts, les quais bas. C'est un périmètre de contrôle strict, il faudra être fouillé, montrer patte blanche."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.