Paris 2024 : "Notre objectif est de diviser par deux l'empreinte carbone" des repas, assure le chef du restaurant du village olympique

Selon Charles Guilloy, le chef Sodexo Live, "les recettes seront composées avec des produits frais, locaux, une viande, du lait et des œufs 100% français, et 30% de produits issus de l'agriculture biologique".
Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
Le chef du village olympique, Charles Guilloy, a élaboré les 500 recettes qui seront servies pendant les JO. (THOMAS SAMSON / AFP)

"Notre objectif est de diviser par deux l'empreinte carbone" du restaurant des athlètes, indique sur franceinfo Charles Guilloy, le chef Sodexo Live de ce qui sera le "plus grand restaurant au monde", durant les Jeux olympiques et paralympiques (JOP) de Paris 2024. 40 000 repas seront servis tous les jours au cœur du village olympique, inauguré ce jeudi par Emmanuel Macron.  

Les athlètes auront un accès 24 heures sur 24 à l'imposante nef de la Cité du cinéma transformée en un restaurant géant avec une déclinaison en six thèmes culinaires (Italie, Asie, France...) pour près de 3 200 places assises. Un deuxième restaurant sera installé sur l'île Saint-Denis, et des food-trucks viendront compléter l'offre, répartie sur le village

Des cuisines ouvertes non-stop

Pour atteindre cet objectif environnemental, le chef précise que "plus de 30% de l'offre de restauration sera végétale. Les recettes seront composées avec des produits frais, locaux, une viande, du lait et des œufs 100% français, et 30% de produits issus de l'agriculture biologique." A l'entrée, où les athlètes prendront leur plateau, un accueil délivrera des conseils nutritionnels. Pour la première fois, également, la vaisselle ne sera pas jetable. Il s'agit notamment de 35 000 assiettes en "porcelaine française", sans logo afin de pouvoir être réutilisées. Tables et chaises ont ainsi été louées à une entreprise. 

Afin de limiter le gaspillage alimentaire, Charles Guilloy assure que ses équipes ont "étudié les habitudes alimentaires des sportifs, pour répondre à leurs besoins", selon le moment où ils déjeunent, "avant ou après l'entraînement, avant ou après leur compétition", et "travaillé avec des nutritionnistes et des diététiciens". Côté boissons, pas de bouteille: chaque athlète recevra une gourde et des fontaines seront installées sur le site. 

Dans ce chantier monumental, tout doit être éphémère afin de rendre courant octobre les lieux en l'état au propriétaire, la société Nef Lumière, dont la Caisse des dépôts est le principal actionnaire. A noter qu'une épicerie, un commissariat, un salon de coiffure, des laveries temporaires, douze conciergeries, une salle de fitness, un bar (sans alcool), et un centre multiconfessionnel vont également ouvrir. Les athlètes ne devraient manquer de rien. Même une poste sera installée de façon temporaire dans cette ville qui ne disposera pas de maire. Une polyclinique de 3.000 m2, à la place de l'école d'ostéopathie Dahnier, sera également à disposition des athlètes 24 heures sur 24 pour des soins, un scanner ou une IRM. La circulation se fera à vélos ou en navettes électriques en continu, nuit et jour. Une fois les Jeux paralympiques (28 août-8 septembre) terminés, les appartements seront reconfigurés pour accueillir habitants et entreprises dans ce nouveau quartier au nord de Paris. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.